Coordonnateur National, Projet Biofin


Location : Libreville, GABON
Application Deadline :22-Jul-21 (Midnight New York, USA)
Type of Contract :Service Contract
Post Level :SB-3
Languages Required :
English   French  

UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


Background

Contexte national et organisationnel:
Contexte National : 

Le Gabon est couvert à 88% par la forêt et abrite une riche biodiversité végétale et faunique. Bien que l’économie du pays soit basée en premier lieu sur le secteur des industries extractives (bois, pétrole, manganèse, etc.), le potentiel des ressources issues de la biodiversité reste indéniable avec le secteur forestier contribuant à 60% des recettes d’exportations hors pétrole et constituant la première source d’emploi formel du secteur privé.    
Cependant, malgré les efforts de conservation des plus hautes autorités du pays, les menaces sur la biodiversité demeurent une préoccupation majeure notamment à cause de la faiblesse des investissements dans le secteur. En effet, les fonctions écologiques et les services des écosystèmes qui garantissent le bien-être et le développement socio-économique de la population gabonaise sont menacées par la déforestation, la dégradation des habitats naturels, les érosions terrestres et côtières, et la disparition des espèces fauniques et floristiques endémiques. 
Afin de préserver cette richesse et de rendre ses bénéfices durables,  le Gabon a élaboré une stratégie et plan d’action national pour la diversité biologique (SPANB) et  dont la vision est  à l’horizon 2025 d’assurer la conservation de la biodiversité et garantir un partage satisfaisant des avantages socio-économiques et écologiques issues des ressources biologiques par une prise de conscience de l’importance de ces ressources biologiques et par un développement des capacités humaines et institutionnelles .Dans ce contexte ,il semble nécessaire d’établir un Plan de Financement pour la biodiversité réaliste et concret afin que le pays ait les moyens de mettre en œuvre ses stratégies nationales pour la biodiversité.  
Contexte organisationnel :
L'Initiative mondiale pour la finance de la biodiversité (BIOFIN) a été mise en place et représente un partenariat mondial gérée par le PNUD, avec notamment le support de la Commission Européenne et des gouvernements de l'Allemagne, de la Suisse, de la Norvège et de la Flandre. 
La phase 1 de cette initiative (2012-2018) a permis de développer et de tester dans plus d’une trentaine de pays une méthodologie proposant une approche innovante de l’élaboration de stratégie nationale de financement    de la biodiversité et des écosystèmes. Une phase 2 (2018-2022) a été lancée et a été récemment prolongée (2022-2025) et étendue à 5 nouveaux pays dont le Gabon suite à la demande explicite du gouvernement Gabonais. 
Cette initiative BIOFIN, guidée par un comité directeur mondial, a été développée pour quantifier les dépenses nationales en matière de biodiversité, le déficit de financement pour atteindre les objectifs nationaux de biodiversité et élaborer un plan de financement qui identifie et mobilise les ressources et les politiques nécessaires pour mettre en œuvre les solutions de financement les plus appropriées.
En collaboration avec l'équipe mondiale BIOFIN, 40 pays sont maintenant impliqués dans ce processus. Ces pays sont : l’Argentine, Belize, Biélorussie, Brésil, Bhoutan, Botswana, Cambodge, Chili, Chine, Colombie, Costa Rica, Cuba, Egypte, Équateur, Fidji, Gabon, Géorgie, Guatemala, Inde, Indonésie, Kazakhstan, Kirghizistan, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mexique, Mongolie, Mozambique, Népal, Ouzbékistan, Pérou, Philippines, Seychelles, Afrique du Sud, Sri Lanka, Rwanda, Tanzanie, Thaïlande, Uganda, Vietnam et Zambie. 
BIOFIN a été développée à la suite de la dixième Conférence des Parties (COP-10) de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), qui concluait qu'il était nécessaire de mieux connaître les besoins de financement et d’avoir une méthodologie complète permettant d’élaborer des stratégies de mobilisation des ressources. BIOFIN contribue de façon importante à la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 de la CDB et répond directement à l'Objectif D’Aichi 20 sur la mobilisation des ressources afin de faciliter la mise en œuvre des stratégies et plans d'action nationaux pour la diversité biologique. 
La méthodologie BIOFIN offre une approche innovante, progressive et adaptable qui permet aux pays de :

  • Evaluer le contexte politique, institutionnel et économique du financement de la biodiversité;
  • L’Analyse des Politiques et des Institutions (API) identifie la vision, les stratégies et les évolutions nationales en matière de diversité biologique. Les secteurs qui contribuent à la perte et aux gains de la biodiversité sont identifiés. Le paysage financier existant est analysé en détail, notamment le processus de budgétisation nationale, les lois et politiques de financement de la biodiversité et les mécanismes de financement de la biodiversité existants, y compris l’évaluation des sources de revenus de la biodiversité et des subventions néfastes à la biodiversité. Enfin, une analyse institutionnelle permet de recenser les acteurs du financement de la biodiversité et les décideurs politiques ou non;
  • Mesurer et analyser les dépenses actuelles en matière de biodiversité, auprès des secteurs publics et privés, des donateurs et des organisations non gouvernementales;
  • Une Analyse des Dépenses pour la Biodiversité (ADB), s’intéresse à tous les types de dépenses contribuant à la gestion durable de la biodiversité, y compris les dépenses du secteur privé en plus des dépenses publiques, ainsi que les dépenses des organisations internationales et de la société civile nationale. Elle génère des données sur les dépenses cumulées à l’échelle nationale qui sont utiles pour la planification de la politique et de la gestion de la biodiversité et qui peuvent être utilisées pour les rapports établis par la CBD;
  • Effectuer une estimation fiable du financement nécessaire pour atteindre les objectifs de biodiversité d’un pays, et de comparer cette estimation aux dépenses actuelles relatives à la biodiversité et aux autres ressources disponibles ; 
  • Les objectifs de l’Estimation des Besoins Financiers (EBF) ne sont pas simplement de générer le meilleur budget possible pour les SPANB et les stratégies connexes, mais d’élaborer le budget à l’aide d’un processus, qui augmente sa probabilité de bénéficier d’un financement complet. Pour ce faire, il faut une approche méthodologique solide dans le cadre du processus d’élaboration du budget et en travaillant selon un calendrier adéquat, sous le bon format et avec les bons partenaires;
  • Elaborer un plan de financement pour la biodiversité qui identifie et mobilise les ressources et les politiques nécessaires pour mettre en œuvre les solutions de financement les plus appropriées.

Le Plan de Financement de la Biodiversité (PFB) vise à présenter une approche nationale cohérente et globale au financement de la biodiversité qui englobe toute une gamme de solutions de financement, au-delà de la mobilisation de nouvelles ressources ou de ressources supplémentaires et de l’engagement du secteur public, du secteur privé et de la société civile. Le but est de produire un Plan de Financement de la Biodiversité validé au niveau national, et qui propose des étapes visant à mettre en œuvre une gamme de solutions de financement afin d’étendre et d’améliorer le financement de la biodiversité dans le pays et d’atteindre les cibles nationales de la biodiversité.
Le PNUD coordonne la mise en œuvre du programme grâce à une équipe mondiale qui appuie la mise en œuvre au niveau national. L’équipe BIOFIN travaille avec des équipes interdisciplinaires nationales pour adapter et mettre en œuvre la méthodologie au niveau national.
Au niveau régional et mondial, BIOFIN fournit une expertise technique et permet aux pays participants d'échanger leurs expériences à travers divers mécanismes de coopération Sud-Sud tels que des ateliers régionaux et mondiaux, le site web BIOFIN (www.biodiversityfinance.net), des webinaires sur les solutions de financement et autres plates-formes (BES.Net).
Ci-dessous est présentée la structure potentielle de l’équipe nationale BIOFIN au Gabon: Pour la coordination de BIOFIN au Gabon, le PNUD souhaite recruter un/une « Assistant Administratif et Financier » du Programme « Initiative pour la finance de la biodiversité - BIOFIN » suivant les détails prévus dans les présents termes de référence.


Duties and Responsibilities

Le (la) coordonnateur/trice national (e) du projet sera responsable de la gestion globale des activités dans le pays en veillant à ce qu'un plan de travail et un budget approprié soient en place et mis en œuvre dans les délais fixés, avec une équipe nationale efficace et des partenariats solides. Le (la) coordonnateur/trice veillera à ce que des mécanismes de mise en œuvre tels qu'un comité de pilotage et des comités techniques soient établis et se réunissent régulièrement, que tous les ateliers, études techniques et autres activités prévus soient organisés à temps, les rapports soient finalisés et répondent aux normes de qualité attendue. Le (la) coordonnateur/trice s’assurera que les travaux nationaux de BIOFIN soient faits en collaboration avec les acteurs clés tels que les Ministères en charge des Finances et de l'Environnement ainsi que l’institutionnalisation desdits travaux au sein des institutions clés afin de permettre une mise en place de solutions financières optimale. 

Les principales tâches et responsabilités comprennent :

Management:

  • Superviser l'identification, la sélection et le suivi des consultants et experts nationaux, en étroite collaboration avec le bureau de pays du PNUD, du conseiller technique principal (CTP) /expert financier principal et l'équipe BIOFIN mondiale;
  •  Rédiger/réviser les termes de référence des membres de l'équipe BIOFIN nationale ;
  • En consultation avec le bureau national du PNUD et l'équipe BIOFIN mondiale, et avec le soutien du conseiller technique principal (CTP) (expert financier principal) élaborer/réviser le plan de travail et le budget et soumettre ces documents (et leurs versions provisoires) en temps voulu pour le processus de révision budgétaire biannuel  (30 juin et 31 décembre de chaque année) ;
  • Coordonner et superviser le travail des experts nationaux et des institutions afin de s'assurer que les résultats sont livrés à temps, dans le cadre du budget fixé, et selon des normes de meilleur qualité; 
  • Faciliter, guider et faire le suivi du travail de l'équipe nationale BIOFIN ;
  • Superviser le travail de l'assistant financier pour s'assurer que les exigences et procédures administratives et les budgets sont gérés et exécutés en temps voulu et de manière appropriée, dans le respect des règles et réglementations du PNUD et des bailleurs de fonds ;
  • Organiser tous les ateliers du programme de manière consultative, en impliquant une grande variété de parties prenantes du financement de la biodiversité, y compris le gouvernement, le secteur privé, les ONG, les bailleurs et le monde universitaire.
  • Travailler étroitement  avec les ministères des Finances, de l'Environnement et d'autres parties prenantes clés de l'établissement d'un comité national de pilotage et assurer le suivi de l'établissement officiel et de la convocation régulière du comité, faire de même pour tout autre mécanisme de coordination proposé, rédiger et partager des rapports de réunion ainsi que s’assurer de leur soumission auprès du bureau national du PNUD et de l’équipe BIOFIN mondiale.
  • Le (la) coordinateur (trice) devra s’assurer que les travaux de BIOFIN sont validés par le comité de pilotage, l’équipe globale et les institutions nationales concernées ;
  • Assurer l'identification rapide des risques de mise en œuvre au niveau national et leur communication à l'équipe BIOFIN mondiale;
  • Organiser des réunions bimensuelles de l'équipe nationale et des appels mensuels avec le conseiller technique de l'équipe; BIOFIN mondiale;
  •  Assurer la participation des membres de l'équipe nationale BIOFIN aux appels techniques régionaux.

Rapports/Communication/Suivi et Evaluation:

  • Signaler tout retard dans les livrables nationaux par rapport au plan de travail au conseiller technique de l'équipe BIOFIN mondiale, au bureau pays du PNUD et à l'équipe BIOFIN mondiale;
  • Diriger le suivi, le rapportage et l'évaluation du programme au niveau national, rédiger des rapports mensuels et trimestriels pour révision par le conseiller technique principal (CTP) (expert financier principal) et soumission au bureau pays du PNUD et à l'équipe BIOFIN mondiale;
  • Développer des rapports d'atelier pour l'atelier de lancement et tous les ateliers techniques;
  • Rédiger des notes d'information, des études de cas, des communiqués de presse, des articles sur le Web et d'autres produits médiatiques, selon les besoins;
  • Rédiger la section du rapport de démarrage sur les dispositions nationales de mise en œuvre;
  • Aider à la recherche et rédiger et éditer les sections des rapports techniques, le cas échéant;
  • Réviser tous les produits livrables au niveau national pour en assurer la qualité et la cohérence avec la méthodologie BIOFIN.

Principaux résultats attendus (produits et processus) :

  • Plan de travail et budget détaillés de BIOFIN approuvés par tous les principaux partenaires;
  • Comité national de pilotage ainsi qu’un comité technique de travail/consultation formé et opérationnel;
  • Tous les consultants et membres de l'équipe sont recrutés et respectent les délais de livraison selon le calendrier, tandis que les relations de travail entre les membres de l'équipe sont clarifiées et efficaces;
  • Lignes de communication et méthodes de travail sont convenues et fonctionnelles;
  • Rapports et mises à jour fournis au PNUD, au gouvernement, à BIOFIN, etc;
  • Les activités planifiées sont réalisées dans le respect des délais et des normes de qualité requises.
  • Tous les ateliers sont organisés conformément au plan de travail et bien documentés (les rapports rédigés, les recommandations considérées);
  • S’assurer de la collecte de tous les documents et recherches associés aux travaux faits par les experts de l’équipe nationale BIOFIN : tableaux Excel d’analyse de données, documents finaux, annexes, étude de faisabilité, Power Point, etc;
  • En collaboration avec le conseiller technique principal (CTP) (expert financier principal), participer et organiser les réunions nécessaires avec les institutions et acteurs clefs pour encourager et supporter techniquement l’adoption des recommandations politiques, légales, budgétaires et financières de BIOFIN identifiées à travers les différents travaux effectués. 

Opérationnalisation :

Phase de démarrage :

  • atelier de lancement, rapport de démarrage.

Evaluation des politiques et des institutions :

  • (I) Rapport préliminaire;
  • (II) Atelier initial & final ainsi que des rapports d'ateliers;
  • (III) Rapport final validé.

Evaluation des dépenses en matière de biodiversité :

  • (I) Rapport préliminaire;
  •  (II) Atelier initial & final ainsi que des rapports d'ateliers;
  • (III) Rapport final validé.

Evaluation des besoins financiers :

  • (I) Rapport préliminaire;
  • (II) Atelier initial & final ainsi que des rapports d'ateliers;
  •  (III) Rapport final validé.

Plan de financement de la biodiversité :

  • (I) Rapport préliminaire;
  •  (II) Atelier initial & final ainsi que des rapports d'ateliers;
  •  (III) Rapport final validé.

Mise en place des opportunités naissantes identifiées durant le processus :

  • En collaboration avec le conseiller technique principal (CTP) (expert financier principal), développer des propositions pour le financement de la mise en place de solutions financières.

En collaboration avec le conseiller technique principal (CTP) (expert financier principal), soutenir les processus d'élaboration de politiques selon les demandes du gouvernement et les opportunités de mise en place de solutions de financement pouvant émerger durant le processus BIOFIN.

Le contrat et les paiements seront basés sur le rendement et régulièrement évalués par le Bureau de pays du PNUD et l’Unité technique centrale BIOFIN.


Competencies

  • Personne très organisée, capable d’établir des priorités, de produire des résultats de qualité, respecte les délais et gère son temps efficacement;
  • Capacité à garder une vue d'ensemble dans des situations de travail complexes, esprit d’initiative;
  • Capable de rassembler et de traiter des données et des informations;
  • Excellentes compétences interpersonnelles pour établir un réseau au sein de l'équipe nationale et au-delà, avec d'autres institutions nationales/régionales/internationales;
  • Rédige de façon claire et adéquate la correspondance professionnelle;
  • Capacité de partager des connaissances et d’apporter un appui conseil à l’équipe ; 
  • Cherche des solutions créatives en analysant les problèmes avec soin et logique;
  • Entretient des relations professionnelles avec ses supérieurs, ses collègues et les partenaires.

 


Required Skills and Experience

Education:

  • Diplôme en gestion de l’environnement et des ressources naturelles, biodiversité,  économie/finance  ou  un  domaine  étroitement  lié, ou un autre domaine combiné  avec une expérience de travail  pertinente.

Expérience:

  • Au minimum 5 années d'expérience progressive et consistante, de préférence dans la mise en œuvre de projets environnementaux / biodiversité / finances ;
  • Une expérience préalable dans la gestion des projets du PNUD serait un atout ;
  • Expérience de travail avec les experts et les institutions internationales et nationales ;
  • Connaissances approfondies des problèmes environnementaux et surtout de la biodiversité (souhaitable, mais pas obligatoire) ;
  • Maîtrise de l’outil informatique et des logiciels clés (MS Office).

Langues:

  • Très bonne maîtrise de l'anglais et du français.

 



If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact the eRecruit Helpdesk.

© 2016 United Nations Development Programme