CONSULTANT INTERNATIONAL PRINCIPAL POUR L’EVALUATION A MI-PARCOURS DU « PROGRAMME D’APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D’ACTION NATIONAL DE LA RÉSOLUTION 1325 AU MALI.



Advertised on behalf of :

Location : Bamako, Mopti, Gao, Kidal, Tombouctou, MALI
Application Deadline :18-Aug-22 (Midnight New York, USA)
Time left :0d 1h 16m
Additional Category :Gender Equality
Type of Contract :Individual Contract
Post Level :International Consultant
Languages Required :
French  
Duration of Initial Contract :49 jours ouvrables sur une période de 6 mois
Expected Duration of Assignment :49 jours ouvrables sur une période de 6 mois


UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


Background

Selon l'Analyse Commune de Pays de l'UNCT, le contexte actuel du Mali reste profondément marqué par les crises politique, sociale et sécuritaire de 2012.

Concernant les inégalités de genre, l'indice Mo Ibrahim a enregistré une "détérioration croissante" pour le genre, en particulier pour l'indice sur la promotion de l'égalité des sexes (-36,7). Le Mali continue à occuper une des dernières places de l’indice d’inégalité de genre, (158ème place sur 162 pays classés) selon le Rapport sur le développement humain de 2020 publié par le PNUD.

Malgré l'existence d'un deuxième Plan d'Action National sur la RCSNU 1325 (2015-2018) et l'adoption de la loi n°052/2015 sur la promotion du genre dans les fonctions nominatives et électives, les femmes occupent moins de 30% dans les mécanismes de mise en œuvre de l'Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger à l’exception du Comité de Suivi pour l’Accord (CSA) qui depuis 2020 inclut 31% de femmes.

Les femmes subissent souvent de plein fouet les conséquences de la violence et des conflits. L'ampleur des violences basées sur le genre (VBG) a été exacerbée par les crises politiques et sécuritaires déclenchées en 2012 et la persistance des conflits. En janvier 2021, le système de gestion de l’information sur les VBG (GBVIMS) a enregistré 340 cas, parmi lesquels les agressions physiques avec 29%, les dénis de ressources avec 24% et les cas de viol avec 21% représentaient 74% des cas enregistrés. Les violences psychologiques, les agressions sexuelles, les mariages forcés représentaient respectivement 18%, 6% et 2%.

La pandémie de COVID-19 a constitué un problème majeur de santé publique avec des défis sur le plan sanitaire, socio-économique, psychologique et comportemental depuis 2020. Des mesures de prévention et de protection sont vigueur dans le pays.

La situation humanitaire reste fragile et continue de se détériorer à mesure que la crise sécuritaire s’aggrave. À la fin de l’année 2021, plus de 5,9 millions de personnes étaient en besoin d'une assistance dont environ 372 000 personnes déplacées et 47 500 réfugiés (ONU Femmes, 2021). Ces chocs se sont chevauchés avec la pandémie mondiale de la COVID-19 qui s’est déclenchée et s’est propagée dans toutes les régions du monde depuis 2020.

Depuis le coup d’État d’août 2020, le pays a entamé un processus de transition politique qui inclut des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales selon une feuille de route initiale de 18 mois qui devait aboutir à des élections (reportées) fin février 2022.

Justification

La résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) et les résolutions ultérieures de l'agenda "Femmes, paix et sécurité" (FPS) reconnaissent l'importance de la contribution des femmes à la prévention et à la résolution des conflits armés, aux processus de paix et à la reconstruction post-crise. Les résolutions appellent également à la pleine protection des femmes et des filles qui sont particulièrement touchées par la violence sexuelle et sexiste pendant et après les conflits. Il est essentiel de prendre en compte les contributions et les expériences distinctes des femmes, car il est prouvé que la paix est plus juste, plus inclusive et donc plus durable lorsque les femmes contribuent aux processus de paix.

Afin de mettre en œuvre les engagements pris au niveau international, le Mali a élaboré et en train de mettre en œuvre sa troisième génération de Plan d'action national de la résolution 1325 (PAN R1325) d’une durée de 5 ans (2019-2023). Ce plan prend en compte les priorités nationales, ainsi que les leçons tirées des deux plans antérieurs et des bonnes pratiques d'autres pays. Les objectifs stratégiques suivants du PAN couvrent les quatre piliers : participation, prévention, protection et secours et relèvement.

En conformité avec son mandat, ONU Femmes a élaboré un programme d’appui à la mise en œuvre du PAN R1325 afin d’accompagner le Mali dans la réalisation des engagements pris en matière de FPS.


Duties and Responsibilities

Le Programme d'appui à la mise en œuvre du Plan d'action national de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies au Mali (2020-2023) vise à contribuer de manière substantielle à la réalisation de l'objectif du Plan d'action national du Mali de promouvoir la participation des femmes dans les processus de paix et de réconciliation et dans les situations post-conflit. Le programme d'appui couvre les quatre piliers du PAN R1325 et comprend un cinquième domaine qui, en s'appuyant sur le soutien précédent fourni par ONU Femmes, vise à promouvoir l'institutionnalisation et à favoriser l'appropriation locale du PAN R1325.

Le programme d'appui utilise un large éventail de stratégies et d'approches qui placent au premier plan le développement et le renforcement des capacités nationales et locales, étatiques et non étatiques. Il tient compte des enseignements tirés de la mise en œuvre des plans précédents et des innovations afin d'obtenir des changements. Il cherche à établir des partenariats stratégiques avec les autorités nationales, les mécanismes de paix, les organisations de la société civile, en particulier les organisations de femmes, les acteurs non étatiques tels que les chefs traditionnels et religieux, les hommes et les jeunes défenseurs des droits des femmes, ainsi que les organisations internationales et régionales, afin d'obtenir les résultats escomptés et de parvenir à un changement transformateur.

Le programme est mis en œuvre de janvier 2020 à décembre 2023.

Le programme support a quatre résultats stratégiques, à savoir :

 

Résultats du projet

Résultat 1 :

Résultat 1 : les femmes participent activement à la prise de décision sur la paix et la sécurité, notamment aux mécanismes de mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation et aux efforts de médiation, de négociation et de résolution des conflits à tous les niveaux, et leurs priorités sont prises en compte.

Résultat 2 :

Les Violences Sexuelles Basées sur Genre (VSBG) contre les femmes et les filles sont mieux prévenues dans les zones touchées par les conflits et les femmes contribuent de manière significative à la prévention des conflits, y compris ceux liés aux ressources naturelles et à l'extrémisme violent/au terrorisme.

Résultat 3 :

Les femmes et les filles sont mieux protégées contre les violations des droits de la personne et les abus pendant et après les conflits, ainsi qu’en temps de paix, et ont un meilleur accès à la justice et aux services de soins holistiques.

Résultat 4 :

Les femmes et les filles sont des agents du changement, leurs besoins spécifiques et leurs intérêts stratégiques sont pris en compte dans les opérations de secours et de relèvement.

Résultat 5 :

La coordination, l'appropriation, le partage des connaissances et la responsabilité des principales parties prenantes dans la mise en œuvre du programme pour les femmes, la paix et la sécurité et du Plan d'Action National de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sont renforcés.


Competencies

VALEURS / PRINCIPES

Intégrité : Faire preuve d’intégrité dans la défense et la promotion des valeurs de l’ONU Femmes dans les actions et les décisions, en lien avec le Code Conduite des Nations Unies.

Sensibilité Culturelle/Valorisation de la diversité :

  • Faire montre de son appréciation de la nature multiculturelle de l’organisation et de la diversité culturelle du personnel.
  • Avoir une vue internationale, apprécier les différences de valeurs et apprendre de la diversité culturelle.

COMPETENCES DE BASE:

  • Suivi-évaluation de projets/programmes de développement
  • Gestion Axée sur les Résultats (GAR)
  • Genre et autonomisation de la femme
  • Analyse de données quantitatives et qualitatives.


Required Skills and Experience

Il/Elle doit avoir les compétences requises et les expériences suffisantes pour conduire une évaluation de projet.

Précisément il ou elle doit :

Education:

Être titulaire d’un diplôme de Master (Bac+5 ) en sciences sociales, sociologie, économie, démographie, gestion ou autres disciplines connexes (niveau Bac+5 minimum). 

Expérience:

  • Justifier d’une expérience avérée d’au moins 7 ans en matière d’évaluations similaires : évaluation sensible au genre ; programmes Femmes, Paix et Sécurité ; gestion de projets.
  • Avoir une connaissance du contexte de conflits/post-conflits au Mali ;
  • Être familier avec les concepts et méthodes de planification des politiques, programmes et projets de développement selon l’approche de Gestion Axée sur les Résultats ;
  • Avoir une connaissance démontrée de l’Agenda Femmes, Paix et Sécurité, des Plans d’actions nationaux de la 1325, de l’Accord pour la Paix ;
  • Avoir une expérience avérée en analyse genre et approche basée sur les droits humains ;
  • Avoir une expérience d’utilisation des méthodes d’analyse quantitative et qualitative ;
  • Avoir une bonne capacité d’analyse, de rédaction et de synthèse ;
  • Montrer une excellente capacité de communication avec les parties prenantes notamment les bénéficiaires, les acteurs gouvernementaux, les bailleurs ;
  • Avoir une expérience de travail avec le Système des Nations Unies, une bonne connaissance des règles et procédures, en particulier du mandat d’ONU Femmes et ses cadres de programmation, constituent un atout ;
  • Avoir une excellente maitrise du français et pouvoir lire et comprendre des textes en anglais ;
  • Avoir une bonne maitrise des outils informatiques (Word, Excel, PowerPoint, Internet, outils de collecte, d’analyse de données quantitatives et quantitatives…).

Langue: Maîtrise parfaite de la langue française.



If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact the eRecruit Helpdesk.

© 2016 United Nations Development Programme