RECRUTEMENT D’UN EXPERT EN POLITIQUES ET EN INSTITUTIONS (PIR expert)


Location : NIGER
Application Deadline :03-Oct-22 (Midnight New York, USA)
Time left :0d 4h 5m
Additional Category :Climate & Disaster Resilience
Type of Contract :Individual Contract
Post Level :National Consultant
Languages Required :
French  
Starting Date :
(date when the selected candidate is expected to start)
17-Oct-2022
Duration of Initial Contract :4 mois sur 2 ans
Expected Duration of Assignment :4 mois sur 2 ans


UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


Background

Contexte National

Pays situé au cœur de la région du Sahel, le Niger dispose d'un potentiel important de terres et de ressources naturelles. Le pays a fourni 5% de la production minière mondiale en 2020 à partir des minerais d'uranium. Sur 90% de son territoire le Niger est doté de bassins pétroliers exploités de manière marginale. C’est donc que la survie des populations tient à l’exploitation des ressources naturelles telles que les terres et la biodiversité. Cette exploitation se fait dans un contexte marqué par la vulnérabilité du pays face aux changements climatiques et par de fortes pressions sur les ressources naturelles qui menacent l’écosystème et les conditions de vie des populations.

Cependant, malgré les efforts de conservation jusque-là consentis par le gouvernement et les différents autres acteurs, les menaces sur la biodiversité demeurent une préoccupation majeure notamment à cause de la faiblesse des investissements dans le secteur. En effet, les fonctions écologiques et les services des écosystèmes qui garantissent le bien-être et le développement socio-économique de la population nigérienne sont menacées par la déforestation accélérée, la dégradation des habitats naturels, les érosions des terres, et la disparition des espèces fauniques et floristiques endémiques. Ainsi, le WWF indique que le statut des principaux écotypes va de « vulnérable » à « critique et en danger ».

Afin de préserver cette richesse et lui faire jouer son rôle dans le bien-être durable des populations, le Niger a, dans le cadre du Plan National de l’environnement pour un développement durable, élaboré une stratégie nationale et un plan d’action national sur la diversité biologique (SNPA/DB) dont les objectifs sont encore, à ce jour, loin d’être atteints. Dans ce contexte, il est nécessaire d’établir un Plan de Financement pour la biodiversité réaliste et concret afin que le pays ait les moyens de mettre en œuvre ses stratégies nationales pour la biodiversité

Contexte Organisationel 

L'Initiative mondiale pour la finance de la biodiversité (BIOFIN) a été mise en place et représente un partenariat mondial gérée par le PNUD, avec notamment le support de la Commission Européenne et des gouvernements de l'Allemagne, de la Suisse, de la Norvège, du Royaume-Uni, de la Belgique et de la Flandre.

La phase 1 de cette initiative (2012-2018) a permis de développer et de tester dans plus d’une trentaine de pays une méthodologie proposant une approche innovante de l’élaboration de stratégie nationale de financement    de la biodiversité et des écosystèmes. Une phase 2 (2018-2022) a été lancée et a été récemment prolongée (2022-2025) et étendue à 5 nouveaux pays (Gabon, Ouzbékistan, Chine, Egypte et Argentine). En 2021, grâce a l’appui du Gouvernement de Belgique et suite à la demande explicite du gouvernement du Niger, le Niger devient le 41eme pays de BIOFIN.

Cette initiative BIOFIN, guidée par un comité directeur mondial, a été développée pour quantifier les dépenses nationales en matière de biodiversité, le déficit de financement pour atteindre les objectifs nationaux de biodiversité et élaborer un plan de financement qui identifie et mobilise les ressources et les politiques nécessaires pour mettre en œuvre les solutions de financement les plus appropriées.

En collaboration avec l'équipe mondiale BIOFIN, 40 pays sont maintenant impliqués dans ce processus. Ces pays sont : l’Argentine, Belize, Biélorussie, Brésil, Bhoutan, Botswana, Cambodge, Chili, Chine, Colombie, Costa Rica, Cuba, Egypte, Équateur, Fidji, Gabon, Géorgie, Guatemala, Inde, Indonésie, Kazakhstan, Kirghizistan, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mexique, Mongolie, Mozambique, Népal, Ouzbékistan, Pérou, Philippines, Seychelles, Afrique du Sud, Sri Lanka, Rwanda, Tanzanie, Thaïlande, Uganda, Vietnam et Zambie.

BIOFIN a été développée à la suite de la dixième Conférence des Parties (COP-10) de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), qui concluait qu'il était nécessaire de mieux connaître les besoins de financement et d’avoir une méthodologie complète permettant d’élaborer des stratégies de mobilisation des ressources. BIOFIN contribue de façon importante à la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 de la CDB et répond directement à l'Objectif D’Aichi 20 sur la mobilisation des ressources afin de faciliter la mise en œuvre des stratégies et plans d'action nationaux pour la diversité biologique.

La méthodologie BIOFIN offre une approche innovante, progressive et adaptable qui permet aux pays de :

  • Evaluer le contexte politique, institutionnel et économique du financement de la biodiversité ;

L’Analyse des Politiques et des Institutions (API) identifie la vision, les stratégies et les évolutions nationales en matière de diversité biologique. Les secteurs qui contribuent à la perte et aux gains de la biodiversité sont identifiés. Le paysage financier existant est analysé en détail, notamment le processus de budgétisation nationale, les lois et politiques de financement de la biodiversité et les mécanismes de financement de la biodiversité existants, y compris l’évaluation des sources de revenus de la biodiversité et des subventions néfastes à la biodiversité. Enfin, une analyse institutionnelle permet de recenser les acteurs du financement de la biodiversité et les décideurs politiques ou non.

  • Mesurer et analyser les dépenses actuelles en matière de biodiversité, auprès des secteurs publics et privés, des donateurs et des organisations non gouvernementales ;

Une Analyse des Dépenses pour la Biodiversité (ADB), s’intéresse à tous les types de dépenses contribuant à la gestion durable de la biodiversité, y compris les dépenses du secteur privé en plus des dépenses publiques, ainsi que les dépenses des organisations internationales et de la société civile nationale. Elle génère des données sur les dépenses cumulées à l’échelle nationale qui sont utiles pour la planification de la politique et de la gestion de la biodiversité et qui peuvent être utilisées pour les rapports établis par la CBD.

  • Effectuer une estimation fiable du financement nécessaire pour atteindre les objectifs de biodiversité d’un pays, et de comparer cette estimation aux dépenses actuelles relatives à la biodiversité et aux autres ressources disponibles ;

Les objectifs de l’Estimation des Besoins Financiers (EBF) ne sont pas simplement de générer le meilleur budget possible pour les SPANB et les stratégies connexes, mais d’élaborer le budget à l’aide d’un processus, qui augmente sa probabilité de bénéficier d’un financement complet. Pour ce faire, il faut une approche méthodologique solide dans le cadre du processus d’élaboration du budget et en travaillant selon un calendrier adéquat, sous le bon format et avec les bons partenaires.

  • Elaborer un plan de financement pour la biodiversité qui identifie et mobilise les ressources et les politiques nécessaires pour mettre en œuvre les solutions de financement les plus appropriées.

Le Plan de Financement de la Biodiversité (PFB) vise à présenter une approche nationale cohérente et globale au financement de la biodiversité qui englobe toute une gamme de solutions de financement, au-delà de la mobilisation de nouvelles ressources ou de ressources supplémentaires et de l’engagement du secteur public, du secteur privé et de la société civile. Le but est de produire un Plan de Financement de la Biodiversité validé au niveau national, et qui propose des étapes visant à mettre en œuvre une gamme de solutions de financement afin d’étendre et d’améliorer le financement de la biodiversité dans le pays et d’atteindre les cibles nationales de la biodiversité.

Le PNUD coordonne la mise en œuvre du programme grâce à une équipe mondiale qui appuie la mise en œuvre au niveau national. L’équipe BIOFIN travaille avec des équipes interdisciplinaires nationales pour adapter et mettre en œuvre la méthodologie au niveau national.

Au niveau régional et mondial, BIOFIN fournit une expertise technique et permet aux pays participants d'échanger leurs expériences à travers divers mécanismes de coopération Sud-Sud tels que des ateliers régionaux et mondiaux, le site web BIOFIN (www.biodiversityfinance.net), des webinaires sur les solutions de financement et autres plates-formes (BES.Net).

Pour la coordination de BIOFIN au Niger, le PNUD souhaite recruter un/une « Expert en Finance Environnementale » du Programme « Initiative pour la finance de la biodiversité - BIOFIN » suivant les détails prévus dans les présents termes de référence.

L’expert en politique et institution sera sous la supervision directe du Coordinateur Nationale du Programme BIOFIN


Duties and Responsibilities

L'expert (e) national (e) chargé (e) de la politique et des institutions sera responsable de produire l’analyse des politiques de financement de la biodiversité et du cadre institutionnel au Niger (API) suivant les étapes méthodologiques développées dans le manuel BIOFIN en collaboration avec l'équipe nationale BIOFIN, les principales parties prenantes et l'équipe mondiale de BIOFIN. L’API devrait inclure des recommandations spécifiques pour renforcer le cadre institutionnel, et identifier des domaines politiques dans lesquels BIOFIN pourra fournir des conseils stratégiques. Il/elle fournira également des appuis transversaux à tous les autres experts nationaux de BIOFIN, y compris pour l'analyse des dépenses de biodiversité, les besoins de financement, et le plan de financement de la biodiversité, ainsi que des commentaires sur l'approche méthodologique de BIOFIN.

Il/elle jouera un rôle de premier plan dans la préparation et la rédaction de l’API dans le cadre du processus BIOFIN avec les homologues du gouvernement et le Conseiller Technique Principal (CTP).

Les principales tâches et responsabilités seront les suivantes :

Expertise technique

  • Diriger l’analyse du contexte politique, institutionnel et économique du financement de la biodiversité au Niger, sous la supervision du Conseiller Technique Principal (CTP) de BIOFIN et le coordinateur national du programme BIOFIN, en suivant le manuel actuel de BIOFIN et les documents d'orientation associés.
  • Réaliser une étude documentaire pour recenser et cartographier les études existantes sur les politiques et les institutions de financement de la biodiversité, notamment les évaluations économiques existantes entreprises dans le pays (en coopération avec l'expert en financement de l'environnement), la Stratégie et Plan d’Action National sur la Biodiversité (SPANB) et le plan d'action national pour la biodiversité.
  • Réaliser un examen des politiques et pratiques sectorielles concernant les impacts positifs et négatifs sur la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité.
  • Réaliser une analyse des parties prenantes identifiant les rôles spécifiques dans le financement de la biodiversité et l'alignement des organisations sur les buts et objectifs nationaux en matière de biodiversité.
  • Produire une ébauche, un projet et une version finale de l’API en étroite collaboration avec le Conseiller Technique Principal (CTP), l'équipe BIOFIN nationale et l'équipe BIOFIN mondiale.
  • Coordonner la compilation des données pertinentes et assurer la liaison avec les ministères et partenaires concernés, le cas échéant. Et effectuer la collecte de toutes les informations pour l’API.
  • Intégrer dans l’API, les sections sur les mécanismes de financement et les subventions développées par le Conseiller Technique Principal (CTP).
  • Développer les sections sur le cadre institutionnel et légal du Plan de Financement de la Biodiversité (PFB).
  • Développement des aspects juridiques des études de faisabilité pour les Solution de financement prioritaires identifiées.

Sensibilisation et communication du programme

  • Préparation d’ateliers, de réunions, de consultations, de mise en réseau et de présentations au besoin, afin de compléter certaines parties de l’Analyse des politiques et des institutions et de mobiliser les intervenants.
  • Fournir des commentaires sur la façon d’améliorer la méthodologie BIOFIN et l’efficacité du programme.

Gestion des connaissances et rapports

  • Documenter les décisions et les hypothèses prises tout en complétant certaines parties de l’Analyse des politiques et des institutions. 
  • Appuyer la rédaction de rapport et la préparation de documents, comme des notes de politique et d’information pour communiquer les objectifs et les résultats du programme BIOFIN aux principaux intervenants.
  • Documenter les leçons tirées de la réalisation du programme BIOFIN, allant des considérations institutionnelles aux questions techniques.
  • Soutenir la préparation de rapports et d'études de cas, selon les besoins, à soumettre aux réunions mondiales (par exemple COP12) et aux rapports des donateurs.

L'expert national en politiques et institutions rendra compte au coordinateur national du programme.

Principaux résultats- livrables attendus :

  • Analyse des politiques et des institutions : (I) Structure du rapport (API) et études complémentaires (II) Ebauche du rapport API, (III) Rapports d'atelier de consultation et de validation, (IV) Ebauche révisée du rapport API, (V) rapport API final validé.
  • Plan de financement de la biodiversité : (I) inclusion d'éléments politiques, juridiques et institutionnels dans le plan de financement de la biodiversité
  • Commentaires sur le manuel et la méthodologie BIOFIN.
  • Contribution au processus mondial de BIOFIN.

Le contrat sera basé sur les performances. Les paiements seront effectués sur les livrables suivants :

  • Participation à la préparation et à l’animation de l’atelier de démarrage de BIOFIN au Niger : 5% du total de la prestation
  • Soumission et approbation de la structure du rapport API et des études connexes : 20% du total de la prestation
  • Soumission du rapport final API validé et rapport de l’atelier de validation : 50% du total de la prestation.

Contributions au plan de financement de la biodiversité, au rapport de synthèse du projet et résumé pour les décideurs et autres livrables du projet : 25% du total de la prestation.


Competencies

  • Solides compétences en matière d'analyse, de rédaction et de communication.
  • Capacité à préparer des publications, des rapports et des présentations clairs.
  • Capacité à travailler avec une équipe multidisciplinaire et multiculturelle.
  • Forte motivation et capacité à travailler et à livrer dans des délais courts.
  • Se concentrer sur l'impact et le résultat pour le client et réagir positivement aux commentaires critiques.
  • Capacité à travailler de manière indépendante avec peu ou pas de supervision.
  • Familiarité avec le gouvernement fortement souhaitée.


Required Skills and Experience

Education:

  • Diplôme universitaire en droit, en études politiques, en géographie politique ou dans un domaine étroitement lié, ou diplôme en économie/finance/environnement/gestion des ressources naturelles combiné à une expérience professionnelle pertinente équivalente.

Expériences :

  • Au moins 5 ans d'expérience, de préférence dans des problématiques politiques et institutionnelles à un haut niveau.
  • Expérience de la collaboration avec des experts et des institutions internationales et nationales.
  • Une expérience dans les problématiques environnementales ou à la biodiversité est fortement souhaitable, mais pas obligatoire.
  • Une expérience dans la réalisation d'études et d'évaluations similaires est un atout.
  • Bonne compréhension des principaux logiciels (MS Office).
  • Une bonne maîtrise de l'anglais est un atout.

Langues

  • Bonne maîtrise de l’anglais et du français.

Les Consultants intéressés doivent soumettre les documents et renseignements suivants pour prouver leurs qualifications :

Offre technique comprend :

  • Expliquer pourquoi ils sont les mieux qualifiés pour ce travail (lettre de motivation);
  • Fournir une brève description de l'approche méthodologique (la manière dont ils approcheront et effectueront le travail);
  • CV personnel, en y incluant l’expérience acquise dans le cadre de travaux similaires et au moins trois (3) personnes de références.

Offre financière :

L’offre financière doit indiquer le montant total du forfait, ainsi que les modalités de paiement précises et mesurables (quantitativement et qualitativement) relatives aux résultats concrets (à savoir, si les paiements doivent être échelonnés ou versés en totalité à la fin du contrat). Les paiements sont fonction du résultat, c’est-à-dire, à la livraison des services spécifiés dans les termes de référence. En vue d’assister le service demandeur dans la comparaison des offres financières, le montant forfaitaire de chacune de ces dernières sera détaillé (y compris, les voyages, les indemnités journalières et le nombre de jours de travail prévus).

Evaluation:

Les consultants individuels seront évalués comme suit:

Analyse cumulative

En utilisant cette méthode d’évaluation pondérée, un contrat sera attribué au consultant individuel dont l’offre a été évaluée et déterminée comme étant, à la foi:

  • Efficace/conforme/acceptable, et
  • Comme ayant reçu le score le plus élevé, déterminé à partir d’un ensemble prédéfini de critères techniques et financiers pondérés, spécifiques à la demande.
  • Poids des critères techniques:70%
  • Poids des critères financiers:30%

Seuls les candidats qui obtiennent un minimum de 70 sur 100 points seront pris en compte pour l’évaluation financière.

Critères d'évaluation:

les candidats seront évalués sur la base des critères suivants:

A: Offre Technique(100 points) pondérée sur 70 points:

  • Avoir un diplôme universitaire en droit, en études politiques, en géographie politique ou dans un domaine étroitement lié, ou diplôme en économie/finance/environnement/gestion des ressources naturelles combiné à une expérience professionnelle pertinente équivalente. 10 points;
  • Au moins 5 ans d'expérience, de préférence dans des problématiques politiques et institutionnelles à un haut niveau :10 points ;
  • Avoir mené au moins deux (2) études d’analyse des politiques, stratégies, plans et programmes nationaux de développement :  20 points;
  • Avoir au moins produit une (1) méthodologie/ ligne directrice d’intégration du financement de la biodiversité dans les plans, politiques et stratégies de développement :15 points;
  • Avoir au moins participé à un (1) processus de révision des méthodologies/lignes directrices d’intégration du financement de la biodiversité :15 points;
  • Méthodologie de travail : 30 points.

B: Offre financière sur 30 points.

Critères de sélection de la meilleure proposition :

  • Seules les candidatures ayant obtenu une note au moins égale à 70 points sur le total des 100 points au niveau de l’évaluation technique seront retenues pour une analyse financière;
  • La méthode d’évaluation qui sera utilisée est celle du meilleur rapport qualité/prix (score combiné). Il sera tenu compte des qualifications du consultant en priorité mais également de sa proposition financière.

Les candidatures feminines sont encouragées.



If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact the eRecruit Helpdesk.

© 2016 United Nations Development Programme