expert·e genre pour l’accompagnement technique et la formation du Département de l'Eau



Advertised on behalf of :

Location : RABAT, MOROCCO
Application Deadline :15-Jan-19 (Midnight New York, USA)
Additional Category :Gender Equality
Type of Contract :Individual Contract
Post Level :International Consultant
Languages Required :
French  
Duration of Initial Contract :52 days

Background

Le Royaume du Maroc s’est engagé dès le début des années 2000 dans un ensemble de réformes constitutionnelles, juridiques, politiques et institutionnelles en faveur d’une égalité accrue entre les sexes. Parmi ces réformes, il y a lieu de citer d’une part la Budgétisation Sensible au Genre lancée dès 2002 au Maroc, et d’autre part les politiques publiques menées par certains départements ministériels pionniers, dont le Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau/Département de l’Eau, pour renforcer la parité au sein de l’administration et faciliter le développement de programmes publics sectoriels sensibles au genre, c’est-à-dire visant la réduction des inégalités entre les sexes dans le secteur et/ou limitant l’impact sur les inégalités existantes.

                La Budgétisation Sensible au Genre (BSG) est une approche budgétaire axée sur la performance et respectueuse des principes financiers d’efficience, d’efficacité et d’équité. Elle vise à lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes et les discriminations envers les femmes à travers la définition et mise en œuvre de stratégies et politiques publiques claires accompagnées d’indicateurs de résultats et dotées de budgets annuels traçables.

Pour rendre effective la mise en place de la BSG, le Maroc s’est doté d’un cadre légal rendant obligatoire la BSG au niveau national et territorial, et d’une entité institutionnelle : le Centre d’Excellence de la Budgétisation Sensible au Genre du Maroc (CE-BSG) en charge d’accompagner les départements ministériels et les collectivités territoriales dans la mise en place effective et le suivi de la BSG.

En ce qui concerne le cadre légal national, la Loi Organique 130-13 promulguée en 2015 impose pour l’ensemble des départements ministériels de :

  • Soumettre en annexe du projet de loi des finances un rapport dit « Rapport sur le budget axé sur les résultats tenant compte de l’aspect genre » ou plus couramment « Rapport Genre » regroupant l’ensemble des mesures entreprises par chaque département ministériel pour lutter contre les inégalités femmes-hommes dans le secteur en lien (Article 48) ;
  • Subdiviser les dépenses du budget général par programmes, régions et projets ou actions et définir en prenant en compte l’aspect genre pour chaque programme des objectifs et des indicateurs (Article 39).

D’un point de vue institutionnel, le Maroc s’est doté d’une institution dédiée à la mise en place de la BSG aux échelles nationales et locales. Ainsi, le Centre d’Excellence de la Budgétisation Sensible au Genre du Maroc (CE-BSG) a-t-il été lancé par le Ministre de l’Economie et des Finances dans le cadre de la Conférence internationale de haut niveau sur la Budgétisation Sensible au Genre (BSG) tenue à Marrakech en novembre 2012. Le Centre d’Excellence de la BSG est fondé sur une vision de capitalisation, d’innovation, d’apprentissage et de partage, et vise à instaurer une dynamique d’excellence à travers la mise en relation des différents intervenants dans le domaine de la BSG à l’échelle nationale, régionale et mondiale.

                Par ailleurs, le Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau/Département de l’Eau (DdE) a lancé en 2017, avec l’appui d’ONU Femmes, une stratégie d’institutionnalisation de l’intégration du genre dans le secteur de l’eau. Cette stratégie vise à terme la réduction des inégalités hommes-femmes dans l’accès à l’eau et dans l’impact différencié de la raréfaction de l’eau sur les femmes et les hommes.

 

Cette stratégie repose sur trois orientations générales à savoir : i) la contribution du secteur de l’eau au Plan du gouvernement pour l’égalité ; ii)  l’intégration de l’égalité entre les sexes dans la gestion des ressources humaines ; iii) le renforcement de la capacité institutionnelle (incluant les compétences, et outils) du DdE, des Agences de Bassins Hydrauliques (ABH) et des institutions partenaires à tenir compte de l’égalité entre les sexes dans leurs structures, activités et pratiques.

Plus précisément, la stratégie d’intégration de l’égalité entre les sexes dans le secteur de l’eau couvre quatre axes visant à : i) de renforcer la compréhension par les membres des différents organes de gouvernance et de pilotage du DdE des enjeux de l’égalité entre les sexes et de l’application de l’approche genre ; ii)   renforcer la parité et l’accès des femmes aux postes de responsabilités à travers la formation des responsables de la Gestion des Ressources Humaines, des femmes du DdE et des ABH et de l’ensemble des fonctionnaires respectivement aux enjeux de la parité, au leadership et à l’importance de l’égalité ; iii) améliorer la participation des femmes dans les métiers de l’eau et dans la programmation nationale et locale ; iv) Intégrer l’approche genre dans l’ensemble des programmes du DdE et des ABH et dans les programmes réalisés dans le cadre de partenariat avec les autres intervenants dans le domaine de l’eau.

 

                Soucieux de mener à bien cette stratégie d’intégration de l’égalité entre les sexes, et conscient de l’importance de lutter grâce à une planification et budgétisation sensibles au genre contre les inégalités hommes/femmes dans le secteur, le Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau/Département de l’Eau sollicite l’appui du CE-BSG et d’ONU Femmes dans l’accompagnement à l’intégration de l’approche genre au sein du Plan National de l’Eau[1] et pour assurer une formation pratique et ciblée des équipes à la Budgétisation Sensible au Genre à travers des illustrations pratiques à intégrer au niveau du PNE.

 

Les présents termes de référence ont pour objet de recruter une expertE genre pour l’élaboration, l’adaptation, la planification et la mise en œuvre d’un cycle de formation/accompagnement professionnel et interactif sur la budgétisation sensible au genre dédié au Département de l’Eau et les Agences des Bassins Hydrauliques

 

Cette formation/accompagnement devra :

  • Etre fondée sur   une analyse des inégalités entre les sexes dans le secteur de l’eau dans les zones vulnérables
  • Faire suite à l’intégration de l’approche genre au sein du Plan National de l’Eau

 

La formation/accompagnement technique ciblera les représentants du Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau/Département de l’Eau impliqués dans la planification stratégique et la programmation budgétaire (directeurs financiers, directeurs des métiers, points focaux genre) et les responsables des ABH.

 

 

  1. OBJECTIFS ET RESULTATS DE LA MISSION
    1. Objectif global

L’objectif global de cette consultation est de renforcer les compétences analytiques et techniques en BSG du Département de l’Eau, pour permettre une généralisation de la BSG à l'échelle nationale et la mise en place du Plan National de l’Eau selon une approche genre.

 

  1. Objectifs spécifiques

Les objectifs spécifiques de cette consultation sont les suivants :

  1. Les représentant-e-s du département sectoriel de l’Eau disposent d’une bonne connaissance des inégalités entre les sexes au sein de leur secteur et des causes de celles-ci en particulier dans les zones dites vulnérables.
  2. Les représentant-e-s du département sectoriel de l’Eau sont en mesure d’analyser la sensibilité genre du Plan National de l’Eau et son impact sur les inégalités de genre dans leur secteur (E.g. sur accès à l’eau des femmes/hommes et l’impact de la raréfaction/excès de l’eau sur les femmes/hommes) ainsi que les autres axes du PNE ;
  3. Les représentant-e-s du département de l’Eau ont les connaissances et les compétences pour mettre en œuvre le Plan National de l’Eau selon une approche genre, c’est-à-dire en garantissant que les femmes et les hommes puissent bénéficier et avoir accès de façon égale aux mesures et services prévus dans le cadre de ce Plan
  4. Les représentant-e-s du département de l’Eau ont les connaissances et les compétences nécessaires pour formuler, mettre en œuvre et garantir le suivi de programmes et budgets sensibles au genre, programmés dans le cadre du Plan National de l’Eau et ce à travers la formation/accompagnement selon le point 3 du mandat de l’expertE indiqué ci-après ;
  5. Les représentant-e-s du département de l’Eau disposent de tous les supports de formation développés en adéquation avec les profils des équipes formées pour assurer l’intégration du genre dans le PNE dans le cadre de cet accompagnement par l’expertE.

 

  1. Résultats attendus

L’expert.E genre devra atteindre les résultats suivants :

  1. Appuyer, en collaboration avec ONU Femmes, la réalisation d’un diagnostic/analyse genre pour identifier les inégalités entre les sexes au sein du secteur de l’eau, à travers le PNE (incluant les inégalités d’accès à l’eau, l’impact différencié de la raréfaction de l’eau, l’exposition différenciée aux pathologies liées à l’eau) dans les zones les plus vulnérables des bassins hydrauliques. Le diagnostic fera également le lien avec les Plans Directeurs d’Aménagements Intégrés des Ressources en Eau (PDAIRE).
  2. Accompagner, de façon participative et en consultation avec les représentant-e-s du Département de l’Eau et les agences de bassin hydrauliques, l’intégration de l’approche genre dans chacun des axes du Plan National de l’Eau. Ceci inclut une analyse de la capacité du PNE à réduire les inégalités d’accès à l’eau, d’impact de la raréfaction de l’eau sur les femmes/hommes (notamment dues aux impacts des changements climatiques), la répartition des ressources hydriques (développement de l’offre) et l’adéquation des ressources hydriques à la demande
  3. Appuyer le renforcement des capacités et des compétences techniques et analytiques des représentant-e-s du Département de l’Eau, notamment les planificateurs et aménageurs de bassins hydrauliques, en matière de programmation et budgétisation sensibles au genre

 

  1. PUBLIC CIBLE

La formation et l’accompagnement qui seront assurés par l’expert-e visera le personnel du Département de l’Eau impliqué.e. dans la planification et programmation sectorielle et dans la budgétisation et suivi financier : directeurs/directrices financiers, directeurs/directrices des métiers, chefs de divisions et services impliqués dans la planification et programmation sectorielle et dans la budgétisation et suivi financier, points focaux genre, et les responsables des ABH.

 

[1] Cfr. La Loi n. 36-15 relative à l’eau, et son chapitre VII (Planification de l’eau)


Duties and Responsibilities

Sous la supervision générale de la coordinatrice de programmes d’ONU Femmes, et en étroite collaboration avec le Centre d’Excellence de la BSG et le Ministère de l’Economie et des Finances et le département de l’eau, l’expertE Genre devra réaliser les tâches suivantes :

  1. Appuyer, en collaboration avec ONU Femmes, le CE-BSG et le Département de l’Eau, la réalisation d’un diagnostic/analyse genre ciblé pour identifier les inégalités entre les sexes au sein du secteur de l’eau (incluant les inégalités d’accès à l’eau, l’impact différencié de la raréfaction et de l’excès de l’eau, l’exposition différenciée aux pathologies liées à l’eau) dans les zones les plus vulnérables :
  • Définir une méthodologie de ciblage des régions les plus vulnérables selon des critères socio-économique, environnementaux et d’égalité entre les sexes
  • Proposer sur la base de cette méthodologie des régions vulnérables à cibler
  • Identifier, mesurer et analyser les inégalités entre les sexes dans les zones dites vulnérables et leurs causes selon la méthode d’analyse genre d’ONU Femmes.

L’approche genre d’ONU Femmes est une approche factuelle qui prévoit une analyse fine des inégalités genre à travers une collecte de données de terrain, désagrégées par sexe et focalisés sur les populations et zones plus vulnérables. Une vision claire des inégalités genre dans le secteur forme ensuite la base pour une planification et budgétisation sensible au genre, aligné avec les principes de la gestion axée sur les résultats comme adopté par le DdE.

 

Cette approche sera appliquée pour le PNE et notamment les projets sélectionnés pour l’intégration du genre.

 

  1. Accompagner, de façon participative et en consultation avec les représentant-e-s du Département de l’Eau et les agences de bassin hydrauliques, l’intégration de l’approche genre dans le Plan National de l’Eau, c’est-à-dire sur sa capacité à réduire les inégalités d’accès à l’eau et d’impact de la raréfaction et de  l’excès de l’eau sur les femmes/hommes (notamment dues aux impacts des changements climatiques), et la répartition des ressources hydriques (développement de l’offre) :
  • Analyser le degré d’utilisation de la méthodologie de planification sensible au genre, telle que conçue par ONU Femmes, lors de la phase de diagnostic et de formulation du Plan National de l’Eau ;
  • Evaluer l’impact potentiel du Plan National de l’Eau sur les inégalités entre les sexes dans les zones dites vulnérables ;
  • Sur la base des analyses des inégalités entre les sexes dans les zones vulnérables, de l’analyse du degré d’utilisation de la méthodologie de planification sensible au genre, et de l’évaluation de l’impact des actions du Plan National de l’Eau programmés, émettre - définir à travers des focus group / ateliers de concertation avec les représentants des agences des bassins hydrauliques, - des recommandations concrètes afin que les objectifs, axes, mesures et projets développés dans le cadre du Plan National de l’Eau visent la réduction des inégalités entre les sexes, en particulier dans les zones vulnérables des bassins hydrauliques.

 

  1. Appuyer le renforcement des capacités et des compétences techniques et analytiques des représentant-e-s du Département de l’Eau et des ABH en matière de programmation et budgétisation sensibles au genre :
  • Proposer à partir des résultats de l’analyse des besoins en formation/accompagnement menée par ONU Femmes et le CE-BSG, une démarche pour le renforcement des capacités des représentant-e-s du Département de l’Eau pour l’intégration et la mise en œuvre de la BSG à niveau sectoriel ;
  • Une fois la démarche validée, développer un kit de formation/accompagnement présentielle (incluant un agenda, les modules de formation/accompagnement, la documentation, des études de cas, exercices pratiques et présenté sous format électronique) de sept   jours permettant aux représentant-e-s des départements de l’eau et des Agences de bassins hydrauliques d'acquérir les compétences analytiques et techniques pour développer des programmes et budgets sensibles au genre autour de 3 modules :

Module 1 : Diagnostic et analyse sensible au genre : identifier les inégalités genre propres au secteur de l’eau et analyser leurs causes (deux jours) ;

• Module 2 : Validation du diagnostic et de l’analyse sensible au genre, et planification et programmation budgétaire : formuler des Projets de Performance sensibles au genre (6 projets) dotés d’objectifs et indicateurs chiffrés et de budgets qui seront annexés au PNE (trois jours) ;

• Module 3 : Suivi & Evaluation : suivre et mesurer l’impact des politiques publiques sensibles au genre définies (deux jours).

  • Assurer que les modules de formation et d’accompagnement technique développés/adaptés intègrent des approches innovantes de formation et des méthodes de communication interactives (études de cas, travail en équipe, tâches d’équipe, concours) ;
  • Soumettre un projet de kit de formation /accompagnement technique complet comprenant les modules de formation/accompagnement, la documentation électronique, l’agenda et tout support de formation/accompagnement pour révision et validation par ONU Femmes et le Centre d’Excellence pour la BSG et le pôle genre du département de l’eau au moins deux semaines avant les dates définies de la formation et/ sessions d’accompagnement ;
  • Ajuster le kit de formation/accompagnement en fonction des commentaires formulés par ONU Femmes, par le CE BSG et par le pôle genre du département de l’eau.

 

 

  1. LIVRABLES

Livrable 1

 

Rapport de diagnostic/analyse genre ciblé des inégalités entre les sexes au sein du secteur de l’eau, selon le PNE, (incluant les inégalités d’accès à l’eau, l’impact différencié de la raréfaction/excès de l’eau, l’exposition différenciée aux pathologies liées à l’eau) dans les zones les plus vulnérables

 

Echéance : 01 mois après le début de la consultation

 

Livrable 2

 

Rapport comprenant :

  • L’analyse du degré d’utilisation de la méthodologie de planification sensible au genre, telle que conçue par ONU Femmes, lors de la phase de diagnostic et de formulation du Plan National de l’Eau ;
  • L’évaluation de l’impact du Plan National de l’Eau sur les inégalités entre les sexes dans les zones dites vulnérables ;
  • Les recommandations concrètes afin que les objectifs, axes, mesures et projets développés dans le cadre du Plan National de l’Eau visent la réduction des inégalités entre les sexes, en particulier dans les zones vulnérables. Six cas pratiques d’intégration du genre selon les actions du PNE qui seront étudiés lors de la formation/accompagnement, et seront= intégrés dans le rapport de ce PNE.

 

Echéance : 02 mois après le début de la consultation

 

Livrable3

 

 

Un kit de formation/accompagnement comprenant :

  • Présentation et agenda de la formation/accompagnement, incluant les objectifs d’apprentissage de chaque session ;
  • Présentations et contenus techniques, illustrées avec des visuels, des infographies, des graphiques, des cartes, et incluant des notes pour chaque diapositive ;
  • Méthodes et exercices avec documentation électronique (au moins un exercice en équipe, et un exercice de jeu de rôle) ;
  • Au moins six études de cas centrées sur les inégalités entre les sexes identifiées dans le secteur avec des projets d’intégration du genre visant la réduction de ces inégalités ;
  • Une bibliographie ;
  • Des évaluations pré- et post-sessions pour évaluer les progrès de connaissances et maîtrise des outils par les participant·e·s avant et après la formation/accompagnement.

 

Echéance :  05 mois après le début de la consultation

 

 

Le paiement se fera en trois tranches sur la base des livrables et la certification d’une performance satisfaisante « certification of satisfactory performance » par la coordinatrice de programmes, et ce, après la validation des livrables par l’ONU Femmes, le CE BSG et le Département de l’Eau.

 

Livrable 4

 

Une synthèse des livrables 1, 2, et 3 indiqués ci-dessus en Arabe, Français et Anglais.

 

Echéance :   05 mois après le début de la consultation

 

  1. Arrangement institutionnel

 

L’expert·e Genre travaillera sous la supervision directe de coordinatrice de programmes ONU Femmes et en étroite coordination et consultation avec le CE BSG et le Département de l’Eau, et sera responsable de compléter les tâches et livrables tels que mentionnés ci-dessus.

 

  1. Critères d’évaluation

 

Évaluation de la proposition technique

Analyse cumulative

Une procédure en deux étapes sera utilisée pour évaluer les soumissions. La proposition technique sera évaluée avec une exigence minimale de passage de 70% du total des points pouvant être obtenus [note maximale : 70 points] pour la proposition technique.

Sera rejetée à ce stade toute proposition technique n’ayant pas atteint la note technique minimale de 49 points (correspondant à 70% du total des points) et ce, avant l’ouverture et la comparaison des offres financières.

Seules les offres financières des soumissionnaires dont la proposition technique a atteint le seuil technique minimal de 49 et jugé conforme sera ouvertes. Les propositions non conformes ne seront pas admissibles aux phases ultérieures de l’examen.

 

Le nombre maximal de points qu'un soumissionnaire peut obtenir pour sa proposition est le suivant :

Proposition technique : 70

Proposition financière : 30

Nombre total de points : 100

 

Évaluation de la proposition technique

Le comité technique évaluera et notera les propositions techniques selon les critères suivants (max 70 points) :

Les critères de sélection seront basés sur l'évaluation suivante :

 

Qualifications et compétences

Nombre de points

Master ou équivalent en sciences politiques, sciences sociales, sciences économiques, relations internationales, droit, genre ou dans d'autres domaines liés au développement

10 points

Une expérience d’au moins 10 années d'expérience dans la pratique et la connaissance de la budgétisation sensible au genre, de l’analyse sensible au genre, de la planification programmatique et budgétaire, et dans les processus de suivi et d’évaluation sensibles au genre 

15 points

 

Une expérience d’au moins 10 ans dans le domaine de la gestion de l’eau et de l’intégration de l’approche genre dans le secteur de l’eau

15 points

 

Connaissance du cadre réglementaire, processus et outils de la BSG au Maroc

10 points

Parfaite maîtrise des normes et standards internationaux en matière de promotion des droits des femmes et des outils de planification et de budgétisation sensibles au genre

15 points

Maîtrise du français

5 points

 

Évaluation de la proposition financière

La proposition financière la moins-disante obtient la note maximale des points attribués à l’offre financière. Toutes les autres propositions financières sont notées selon la formule suivante :

P = y (µ/z)

Où :

P = points attribués à l’offre financière faisant objet d’évaluation

Y = nombre maximum de points attribués à l’offre financière 

µ = prix de la proposition la moins disante

Z = prix de la proposition faisant objet d’évaluation

 

Le contrat est attribué aux soumissionnaires ayant obtenu le score global le plus élevé, suite à l’addition des deux notes : technique et financière.

 

  1. Dossier de soumission

 

Les candidat(e)s intéressé(e)s sont invité(e)s à envoyer les pièces suivantes : 

  • Une note méthodologique détaillée décrivant l’approche et les outils préconisés pour la réalisation de la prestation ;
  • Un CV actualisé et détaillé, axé sur le parcours académique et professionnel en lien avec l’objet de la mission. Ce CV doit être signé par le candidat et annexé par le diplôme de Master ou équivalent ;
  • UN Women Personal History form (P-11) peut être téléchargé à : http://www.unwomen.org/about-us/employment;
  • Une offre financière comprenant : Une proposition financière détaillée (PDF), incluant les honoraires H/Jours et tous les frais de déplacement liés à la mission (3 de 2 jours chacune) en dehors des H/jours nécessaires à la formation/accompagnement qui sont de 7 jours, et déclinée par tranches en fonction des livrables détaillés ci-dessus.

Cette offre doit être exprimée en dirhams marocains.

 

Note : Veuillez scanner toutes les pièces demandées en un seul document étant donné que le système ne permet pas d’en télécharger plusieurs.

  1. PILOTAGE DE LA MISSION

Un comité de suivi constitué de représentant-e-s du Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau/Département de l’Eau, du Ministère de l’Economie et des Finances, de ONU femmes assurera le suivi de la mission. Il aura pour mandat :

  • De valider le cahier de mission ;
  • De valider les livrables découlant des différentes phases de la prestation.

 

 

 


Competencies

Valeurs CORE

  • Respect de la diversité
  • Intégrité
  • Professionnalisme

 

Compétences CORE

  • Sensibilisation et sensibilité en matière de genre
  • Responsabilité
  • Résolution de problèmes créatifs
  • Communication efficace
  • Collaboration inclusive

 

Compétences fonctionnelles

  • Capacité à consolider l’information de sources multiples ;
  • Capacité à préparer et présenter des informations stratégiques pour les décideurs ;
  • Capacité à travailler de manière indépendante aussi bien qu’en équipe ;
  • Excellente gestion du temps et capacité à produire les livrables dans les délais convenus.

 


Required Skills and Experience

Formation académique

  • Master ou équivalent (bac +5) en sciences politiques, sciences sociales, sciences économiques, relations internationales, droit, genre ou dans d'autres domaines liés au développement (requis).

 

Expérience professionnelle

  • Une expérience d’au moins 10 années d'expérience dans la pratique et la connaissance de la budgétisation sensible au genre, de l’analyse sensible au genre, de la planification programmatique et budgétaire, et dans les processus de suivi et d’évaluation sensibles au genre
  • Une expérience d’au moins 10 ans dans le domaine de la gestion de l’eau et de l’intégration de l’approche genre dans le secteur de l’eau
  • Connaissance du cadre réglementaire, processus et outils de la BSG au Maroc

Parfaite maîtrise des normes et standards internationaux en matière de promotion des droits des femmes et des outils de planification et de budgétisation sensibles au genre


UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact erecruit.helpdesk@undp.org.

© 2016 United Nations Development Programme