Expert(e) National(e) en Armes légères et de petit calibre au République du Congo


Location : Brazzaville, CONGO
Application Deadline :19-Apr-19 (Midnight New York, USA)
Additional Category :Democratic Governance and Peacebuilding
Type of Contract :Individual Contract
Post Level :National Consultant
Languages Required :
English   French  
Starting Date :
(date when the selected candidate is expected to start)
25-Apr-2019
Duration of Initial Contract :10 days

Background

La Convention de Kinshasa est un instrument sous-régional africain de régulation des Armes légères et de petit calibre (ALPC). A l’instar de la Convention de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), du Protocole de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) ou du Protocole de Nairobi sur les armes légères, la Convention de Kinshasa traite du trafic illicite et de la prolifération incontrôlée des ALPC en fournissant un ensemble de mesures de contrôle harmonisées au niveau régional. La Convention contient des dispositions relatives au transfert, à la détention, au marquage et au traçage, à la tenue de registres et à la gestion des stocks d'armes légères, en vue d'aider les États à lutter efficacement contre les flux d'armes illicites et déstabilisateurs.

La Convention de Kinshasa est entrée en vigueur le 8 mars 2017. Onze (11) États membres de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC), également membres du Comité consultatif permanent des Nations Unies sur les questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC), ont signé la Convention de Kinshasa : l’Angola, le Burundi, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad. A ce jour sept (7) États membres de la CEEAC à savoir l'Angola, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la République Centrafricaine, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad ont ratifié la Convention.

La CEEAC avec un appui technique d’UNREC mènera une évaluation juridique sur les Armes légères et de petit calibre dans les onze (11) Etats Membres de la CEEAC pour élaborer un guide de mise en œuvre de la Convention de Kinshasa afin que les parties prenantes puissent efficacement lutter contre la prolifération des armes légères illicites. Le projet sera mis en œuvre dans le cadre d’un partenariat conjoint de l’UNREC, le CEEAC et l’UNOCA bénéficiant de l’appui politique de l’Union africain.


Duties and Responsibilities

Activités prévues

Sous la coordination générale du Directeur adjoint de l'UNREC et la supervision directe du Gestionnaire de projet, l’Expert(e) national(e) aidera le Consultant international à :

  • Analyser la législation nationale sur les ALPC ;
  • Identifier et contacter les parties prenantes nationales habilités, travaillant sur le contrôle des ALPC ;
  • Recueillir et structurer les données collectées sur les ALPC provenant de sources multiples en utilisant une méthodologie de recherche préétablie ;
  • Partager le résultat de l'analyse des données avec le Consultant international ;

Durée

Le travail de l’Expert(e) National(e) durera 10 jours à compter de la date de signature du contrat pour finaliser les exigences attendues du Consultant International. L’Expert(e) National(e) travaillera à partir de son domicile. Il ou elle fournira des rapports d’étapes au Coordonnateur de projet.

Rémunération : L’Expert(e) National(e) recevra une rémunération de $1,500 payables en deux tranches.


Competencies

Professionnalisme : Expérience avérée dans la conduite d'évaluations des ALPC et/ou d'enquêtes nationales et connaissance et expérience avérées de l'application de l'outil d'évaluation des normes internationales de contrôle des armes légères (ISACS); expériences avérées de collaboration avec des acteurs nationaux du secteur de la sécurité, y compris des fonctionnaires du gouvernement, des policiers et des officiers de l'armée; expérience avérée de collaboration avec des ONG et des instituts de recherche travaillant dans le pays et sur les questions relatives aux ALPC.
Recherche : Une vaste expérience dans la conduite de recherches dans des pays touchés par un conflit, de préférence en Afrique Centrale ; une capacité de travailler dans le cadre d’une méthodologie de recherche et d'atteindre les objectifs de recherche tels que généralement établis au départ.

Communication : Parler et écrire couramment, clairement et efficacement. Aptitude avérée à rédiger des rapports analytiques de haute qualité en anglais ou en français.


Required Skills and Experience

Formation : Diplôme universitaire du niveau licence ou son équivalent en sciences politiques, droit, relations internationales, études de conflits, communication ou dans d'autres domaines connexes.

Expérience : Au moins trois (3) années d'expérience pertinente dans le domaine des ALPC et de la violence armée. La connaissance du pays est nécessaire.

Langues

Pour ce poste, la maîtrise du français oral et écrit et une connaissance pratique de base de l’anglais sont exigées.

Candidature

Les candidatures doivent comporter les dossiers suivants :

  • Lettre de motivation
  • Formulaire P11 renseigné
  • CV détaillé
  • Trois références.

Les candidatures doivent être envoyées par courrier électronique à l’adresse suivante mail@unrec.org et copie à l'adresse ic.soumission.cg@undp.org avant le 19 avril 2019.

Nota Bene : Les candidatures féminines sont fortement encouragées.


UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact erecruit.helpdesk@undp.org.

© 2016 United Nations Development Programme