Consultant (e) International chargé (e) de l’évaluation finale du projet « Renforcement des Capacités d'adaptation et de résilience du secteur agricole aux Changements Climatiques aux Comores (CRCCA) PIMS 4926


Location : Moroni, COMOROS
Application Deadline :27-Sep-19 (Midnight New York, USA)
Type of Contract :Individual Contract
Post Level :International Consultant
Languages Required :
French  
Duration of Initial Contract :35 jours ouvrables

Background

Conformément aux politiques et procédures de suivi et d’évaluation du PNUD et du FEM, tous les projets de moyenne ou grande envergure soutenus par le PNUD et financés par le FEM doivent faire l’objet d’une évaluation finale à la fin de la mise en œuvre. Ces termes de référence (TOR) énoncent les attentes d'une évaluation finale (TE) du projet «Renforcement des Capacités d'adaptation et de résilience du secteur agricole aux Changements Climatiques aux Comores (CRCCA) PIMS 4926.

Les éléments essentiels du projet à évaluer sont les suivants:

Titre du projet: Renforcement des Capacités d'adaptation et de résilience du secteur agricole aux Changements Climatiques aux Comores (CRCCA)

ID de projet du FEM: 4926à l’achèvement (en millions USD)

ID de projet du PNUD: 00088026

Financement du FEM: à l’approbation (en millions USD) 8 990 890 - à l’achèvement (en millions USD) 10 301 954

Pays: Comores

Financement de l’agence d’exécution/agence de réalisation: à l’approbation (en millions USD) 400 000 - à l’achèvement (en millions USD) 600 000

Région: Afrique du Sud - Gouvernement:à l’approbation (en millions USD) 11 141 345 - à l’achèvement (en millions USD) 11 141 345

Domaine focal: changement climatique - Coût total du projet:à l’approbation (en millions USD)10 390 890 - à l’achèvement (en millions USD) 10 590 890 - Signature du DP (Date de début du projet): 06mai 2014

Date de clôture (opérationnelle): Proposé: Juin 2018 - réel : Juin 2018

Objectiff et portée

L’Union des Comores fait partie des pays les moins avancés (PMA) avec un faible indice de développement humain. L’économie comorienne repose largement sur l’agriculture pour la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté et pour l’ensemble de l’économie du pays. Le changement et la variabilité climatique présentent un certain nombre de risques pour le secteur agricole d’autant plus que les systèmes et techniques de production actuels exacerbent cette vulnérabilité. Ceci entraine une réduction de la sécurité alimentaire, une dégradation de l’environnement et des risques d’aggravation de la pauvreté. Les institutions de soutien et d’appui à l’agriculture, les communautés d’agriculteurs ainsi que les entreprises du secteur agricole de l’Union des Comores ont à l’heure actuelle un faible niveau de connaissance des risques liés aux changements climatiques. Ils ont aussi un faible capacité d’amélioration de la résilience du secteur agricole aux changements climatiques et à la variabilité climatique.

Le projet «Renforcement des capacités d’adaptation et de résilience du secteur agricole face aux changements climatiques en Union des Comores (CRCCA)» a été conçu pour accompagner l’union des Comores dans le renforcement des capacités en vue de réduire la vulnérabilité des systèmes agricoles aux changements climatiques et à la variabilité climatique.

Le projet a été financé par le FEM/GEF (Fonds pour l’Environnement Mondial) sur le guichet LDCF (Fonds pour les PMA), le PNUD et le Gouvernement comorien à hauteur de 9.390.890 USD. Il a été conçu en premier lieu, pour correspondre avec les priorités et les stratégies nationales. Cette initiative est également compatible avec les stratégies et principes d’action du PNUD et du Fond pour les PMA, s’appuyant sur les bases existantes et sur des projets à visée de développement, afin d’augmenter la capacité d’adaptation aux changements climatiques du secteur agricole.

Le projet contribue à améliorer les compétences d’agences clefs dans le domaine agricole ainsi que des communautés d’agriculteurs vulnérables sur chaque île. Le fond soutient également le pays pour insérer l’examen des risques liés aux changements climatiques et les approches adaptatives dans les stratégies pertinentes à l’échelle insulaire et nationale et aide les agences à travailler ensemble à la mise en œuvre de ces approches stratégiques à travers une approche intégrée.

L’agro-météorologie est l'un des domaines clefs pour le renforcement des compétences. Le projet aide l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACM) à renforcer le service météorologique national. L’objectif est de mettre en place un système agro-météorologique simple qui fournira des informations clefs aux institutions et aux agriculteurs afin de leur permettre d’adapter leurs pratiques aux changements climatiques. Au niveau local, le projet va aider les agriculteurs et les agences à construire des capacités d’adaptation pour une meilleure résilience aux changements climatiques et à la variabilité climatique.

Le projet CRCCA intervient dans six zones identifiées comme hautement vulnérables qui sont:

  • Bandasamlini-Hamalengo et Sidju-Idjikundzi pour Ngazidja

  • Lingoni-Pomoni et Nioumakele pour Ndzuani

  • Fomboni-Mbatse-Hoani et Djando pour Mwali.

Au total, le projet compte 13 produits attendus repartis sur 3 effets (Outcome) qui sont:

Effet 1: Les institutions du secteur agricole disposent d’un cadre stratégique consolidé et de capacités renfo

rcées qui leur permettent d’appuyer de manière efficace la résilience du secteur au changement et à la variabilité climatiques

Produit 1.1. Les cadres stratégiques existants aux niveaux national et insulaire intègrent l'évaluation des risques liés aux changements climatiques dans le secteur de l'agriculture, y compris des cibles et approches appropriés en vue de renforcer la résilience

Produit 1.2. Les institutions de gestion et d’appui agricoles sont dotées des connaissances et des capacités en vue de réduire la vulnérabilité des systèmes de production agricole au changement et à la variabilité climatiques

Produit 1.3. Des mécanismes de coordination pour la réduction de la vulnérabilité du secteur agricole aux changements climatiques sont fonctionnels

Produit 1.4. Les agences nationales et insulaires de l’Agriculture participent à des partenariats avec les réseaux et mécanismes régionaux /internationaux

Effet 2: L’union des Comores a mis en place un système agro météorologique opérationnel, dans lequel les données météorologiques recueillies auprès des sites choisis dans chacune des trois îles sont enregistrées, présentées sous forme d'avis agricoles et utilisées par les réseaux d’appui à l’agriculture et les communautés agricoles vulnérables en vue de réduire la vulnérabilité aux changements climatiques et à la variabilité climatique.

Produit 2.1. Un système adapté est en place pour collecter, rassembler, interpréter, stocker et diffuser les données sur les conditions agro-météorologiques pertinentes pour l’adaptation au changement et aux aléas climatiques

Produit 2.2. Les capacités du personnel du Service météorologique comorien sont renforcées leur permettant de soutenir la production des conseils agricoles visant à renforcer la résilience dans le secteur

Produit 2.3. Le système agro-météorologique permet de développer et diffuser des produits utilisables au niveau de la vulgarisation agricole et d’intégrer les données agro-météorologiques à l’appui conseil agricole

Effet 3 : Des pratiques agricoles résilientes au climat sont adoptées et promues grâce à des partenariats entre les structures d’encadrement agricoles, y compris les CRDE, les ONGs, les OCBs et le secteur privé dans les six sites vulnérables sur la Grande Comore, à Anjouan et à Mohéli ; et les principales chaînes de valeurs agricoles / principaux produits agricoles de l’Union des Comores sont plus résilients aux changements climatiques

Produit 3.1. Un système participatif est en place pour assurer la dissémination de techniques et pratiques agricoles et d’élevage reproductibles augmentant la résilience des systèmes de production au changement et à la variabilité climatiques dans les 6 régions pilotes

Produit 3.2. Des Infrastructures communautaires durables et reproductibles sont établies pour lutter contre l’érosion, collecter l’eau de pluie et permettre la micro irrigation sur des sites appropriés

Produit 3.3. Les CRDE facilitent des partenariats permettant de fournir des services de vulgarisation et d’appui pour l’adaptation aux changements climatiques des systèmes de production vulnérables sur l’ensemble des sites du projet

Produit 3.4. Des initiatives pilotes sont mises en place dans le cadre de partenariats pour assurer la fourniture d’intrants, équipements et services nécessaires pour la multiplication des techniques d'adaptation

Produit 3.5. Des alternatives viables ont été identifiées à l’utilisation du bois de chauffe pour la distillation d’ylang-ylang

Produit 3.6. Les conditions pour la mise en place d’un système de certification verte inclusive aux Comores ont été définies et pilotées sur des filières retenues

L’évaluation finale sera menée conformément aux directives, règles et procédures établies par le PNUD et le FEM comme l’indique les directives d’évaluation du PNUD pour les projets financés par le FEM.

Les objectifs de l’évaluation consistent à apprécier la réalisation des objectifs du projet et à tirer des enseignements qui peuvent améliorer la durabilité des avantages de ce projet et favoriser l’amélioration globale des programmes du PNUD.

 

 


Duties and Responsibilities

Tâches et responsabilités 

Approches et méthode d’évaluation

Une approche et une méthode globales pour la réalisation des évaluations finales de projets soutenus par le PNUD et financés par le FEM se sont développées au fil du temps. L’évaluateur doit articuler les efforts d’évaluation autour des critères de pertinence, d’efficacité, d’efficience, de durabilité et d’impact, comme défini et expliqué dans les directives du PNUD pour la réalisation des évaluations finales des projets soutenus par le PNUD et financés par le FEM. Une série de questions couvrant chacun de ces critères ont été rédigées et sont incluses dans ces termes de référence ('Annexe C). L’évaluateur doit modifier, remplir et soumettre ce tableau dans le cadre d’un rapport initial d’évaluation et le joindre au rapport final en annexe.

L’évaluation doit fournir des informations factuelles qui sont crédibles, fiables et utiles. L’évaluateur doit adopter une approche participative et consultative garantissant une collaboration étroite avec les homologues du gouvernement, en particulier avec le point focal opérationnel du FEM, le bureau de pays du PNUD, l’équipe chargée du projet, le conseiller technique du PNUD-FEM basé dans la région et les principales parties prenantes. L'évaluateur devrait effectuer une mission sur le terrain dans les 6 sites du projet. Les entretiens auront lieu au minimum avec les organisations et les particuliers suivants:

  • Le Secrétaire Général du ministère de la production

  • Le Directeur National du projet

  • Le PNUD

  • La Direction Nationale des Stratégies agricoles et de l’élevage (DNSAE)

  • L’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la météorologie (ANACM)

  • Les 6 Centres ruraux de Développement économique (CRDE) appuyés par le projet (CRDE Dibwani-Hamalengo, CRDE Sidjou, CRDE Mremani, CRDE Pomoni, CRDE Mibani et CRDE Fomboni)

  • Les Directions de la production des îles de Ngazidja, Ndzuani, et Mwali

  • Le point focal opérationnel du GEF

  • Les groupements agricoles

L’évaluateur passera en revue toutes les sources pertinentes d’information, telles que le descriptif de projet, la situation de référence du projet, les rapports de projet, notamment le rapport de l’examen à mi-parcours et les autres rapports, les révisions budgétaires du projet, les rapports sur l’état d’avancement, les outils de suivi du domaine focal du FEM, les dossiers du projet, les documents stratégiques et juridiques nationaux et tous les autres documents que l’évaluateur juge utiles pour cette évaluation fondée sur les faits. Une liste des documents que l’équipe chargée du projet fournira à l’évaluateur aux fins d’examen est jointe à l’annexe B des présents termes de référence.

NB : Prière télécharger les annexes A, B et C dans http://procurement-notices.undp.org/view_notice.cfm?notice_id=59379 »

Critères d’évaluation et notation

Une évaluation de la performance du projet, basée sur les attentes énoncées dans le cadre logique/cadre de résultats du projet (voir annexe A) qui offre des indicateurs de performance et d’impact dans le cadre de la mise en œuvre du projet ainsi que les moyens de vérification correspondants, sera réalisée. L’évaluation portera au moins sur les critères de pertinence, efficacité, efficience et durabilité. Des notations doivent être fournies par rapport aux critères de performance suivants. Le tableau rempli doit être joint au résumé d’évaluation.?

Critères: Suivi et évaluation:

- Qualité globale du suivi et de l'évaluation

- Mise en place du suivi et de l’évaluation au démarrage du projet

- Mise en œuvre du cadre de suivi et d'évaluation

Notation: Très satisfaisant (TS), Satisfaisant (S), Moyennement satisfaisant (MS), Moyennement, insatisfaisant (MI), Insatisfaisant (I), Très insatisfaisant (TI)

Critères: Exécution par l’organisme d’exécution et l’organisme de mise en œuvre

- Qualité de la mise en œuvre par le PNUD

- Qualité de l’exécution: DNSAE

- Qualité globale de la mise en œuvre et de l’exécution

Notation: Très satisfaisant (TS), Satisfaisant (S), Moyennement satisfaisant (MS), Moyennement, insatisfaisant (MI), Insatisfaisant (I), Très insatisfaisant (TI)

Critères: Évaluation des résultats:

Pertinence

Efficacité

Efficience

Note globale de la réalisation du projet

Notation: Très satisfaisant (TS), Satisfaisant (S), Moyennement satisfaisant (MS), Moyennement, insatisfaisant (MI), Insatisfaisant (I), Très insatisfaisant (TI)

Critères: Durabilité

- Probabilité globale des risques qui pèsent sur la durabilité

- Ressources financières

- Cadre institutionnel et gouvernance

- Environnemental

Notation: Probable (P) ; Moyennement probable (MP) ; Moyennement improbable (MI) ; Improbable (I)

Critères: Impact

- Amélioration de l’état de l'environnement

- Réduction de la tension sur l'environnement

- Progression vers la modification de la tension/de l'état

Notation: Important (I), Minime (M), Négligeable (N)

Critère: Résultats globaux du projet

Notation: Très satisfaisant (TS), Satisfaisant (S), Moyennement satisfaisant (MS), Moyennement, insatisfaisant (MI), Insatisfaisant (I), Très insatisfaisant (TI)

Financement/cofinancement du projet

L’évaluation portera sur les principaux aspects financiers du projet, notamment la part de cofinancement prévue et réalisée. Les données sur les coûts et le financement du projet seront nécessaires, y compris les dépenses annuelles.? Les écarts entre les dépenses prévues et réelles devront être évalués et expliqués. Les résultats des audits financiers récents disponibles doivent être pris en compte. Les évaluateurs bénéficieront de l’intervention du bureau de pays (BP) et de l’équipe de projet dans leur quête de données financières pour compléter le tableau de cofinancement ci-dessous, qui sera inclus dans le rapport d’évaluation finale.?

Impact

Les évaluateurs apprécieront dans quelle mesure le projet atteint des impacts ou progresse vers la réalisation de ceux-ci. Parmi les principales conclusions des évaluations doit figurer ce qui suit?: le projet a-t-il démontré: a) des progrès vérifiables dans l'état écologique, b) des réductions vérifiables de stress sur les systèmes écologiques, ou c) des progrès notables vers ces réductions d'impact

Conclusion et recommandations

Le rapport d’évaluation doit inclure un chapitre proposant un ensemble de conclusions, de recommandations et d’enseignements.

Modalité de mise en œuvre

La responsabilité principale de la gestion de cette évaluation revient au bureau de pays du PNUD-Comores. Le bureau pays du PNUD -Comores contactera les évaluateurs en vue de garantir le versement en temps opportun des indemnités journalières à l’équipe d’évaluation et de finaliser les modalités de voyage de celle-ci dans le pays. L’équipe de projet sera chargée d’assurer la liaison avec l’équipe d’évaluateurs afin d’organiser des entretiens avec les parties prenantes et des visites sur le terrain, ainsi que la coordination avec le gouvernement, etc.

Livrables:

Produits livrables: Rapport initial

Table des matières: L’évaluateur apporte des précisions sur le calendrier et la méthode

Durée: Au plus tard deux semaines avant la mission d’évaluation

Responsabilités: L’évaluateur envoie au BP du PNUD

Produits livrables: Presentation

Table des matières: Conclusions initiales

Durée: Fin de la mission d’évaluation

Responsabilités: A la direction du projet, BP du PNUD

Produits livrables: Projet de rapport final

Table des matières: Rapport complet, (selon le modèle joint) avec les annexes

Durée: Dans un délai de trois semaines suivant la mission d’évaluation

Responsabilités: Envoyé au BP, examiné par le CTR, le service de coordination du programme et les PFO du FEM

Produits livrables: Rapport final*

Table des matières: Rapport révisé

Durée: Dans un délai d’une semaine suivant la réception des commentaires du PNUD sur le projet

Responsabilités: Envoyé au BP aux fins de téléchargement sur le site du CGELE du PNUD.

*Lors de la présentation du rapport final d’évaluation, l’évaluateur est également tenu de fournir une «?piste d’audit?», expliquant en détail la façon dont les commentaires reçus ont (et n’ont pas) été traités dans ledit rapport.

Composition de l'équipe d'évaluation

L'équipe d'évaluation sera composée de 1 évaluateur international / 1 évaluateur national). Les consultants doivent disposer d’une expérience antérieure dans l’évaluation de projets similaires. Une expérience des projets financés par le FEM est un avantage. Le consultant international sera désigné comme chef d’équipe et sera chargé de finaliser le rapport. Les évaluateurs sélectionnés ne doivent pas avoir participé à la préparation ou à la mise en œuvre du projet et ne doivent pas avoir de conflit d’intérêts avec les activités liées au projet.

Code de déontologie de l'évaluateur

Les consultants en évaluation sont tenus de respecter les normes éthiques les plus élevées et doivent signer un code de conduite (voir Annexe E) à l’acceptation de la mission. Les évaluations du PNUD sont menées en conformité avec les principes énoncés dans les «Directives éthiques de l'UNEG pour les évaluations»

Documents à joindre lors de la soumission des propositions

Les Consultants intéressés doivent soumettre un dossier comprenant deux propositions (technique et financière) et comprenant les documents / informations suivantes pour justifier leurs qualifications :

Proposition technique :

  • Un CV avec l’indication claire du nom, la date de naissance, les qualifications académiques, les compétences et l’expérience professionnelle (4-5 pages), y compris l'expérience passée dans des projets similaires et au moins 3 références avec les adresses email, et expliquant pourquoi il/elle est le plus approprié pour le travail;

  • Fournir une brève méthodologie sur la façon dont ils vont aborder et mener le travail;

  • Un plan de travail détaillé, avec des dates de début et de fin pour chaque action et délai indicatif pour toutes les tâches et les livrables (3-4 pages);

  • Un formulaire P11 des Nations Unies dûment rempli. Ce formulaire est téléchargeable à http://sas.undp.org/Documents/P11_personal_history_form.doc

Proposition financière

La proposition financière doit spécifier un montant forfaitaire total et des conditions de paiement autour de livrables spécifiques et mesurables (qualitatifs et quantitatifs). Afin d'aider à effectuer une comparaison des propositions financières, la proposition financière comprendra une ventilation de ce montant forfaitaire.

Dans le cas des voyages inter îles, le paiement des frais de voyage, y compris les billets, l'hébergement et les frais de terminal seront pris en charge par le PNUD, conformement aux règles et procédures du PNUD.

Evaluation

Les candidats seront sélectionnés sur dossiers sur la base d’une note technique (basée sur des éléments contenus dans le CV et la lettre de motivation) et de leurs offres financières.

Les propositions seront évaluées selon la méthodologie du score combiné (proposition technique : 70 points et proposition financière : 30 points).

Evaluation technique : 70 points

Qualifications techniques: titulaire d’un ddiplôme universitaire niveau BAC +4 au minimum en gestion de projet, Sciences sociales, environnement, agriculture ou domaine similaire

Points: 14

Qualifications techniques: Avoir une expérience d’au moins 5 ans d’expérience antérieure sur les évaluations de projet/programme et les méthodologies de suivi et d’évaluation axées sur les résultats

Points: 36

Qualifications techniques: Avoir au moins 10 ans d'expérience éprouvée dans le domaine

Points: 29

Qualifications techniques: Avoir des connaissances des enjeux et priorités de développement de l’Union des Comores dans les domaines de l’agriculture et du changement

Points: 21

Seuls les candidats qui auront obtenu 70% du total des points seront considérés pour l’évaluation financière.

Evaluation financière : 30 points

La proposition financière la plus basse recevra le maximum de points (30pts).

Les autres propositions seront évaluées suivant la formule ci-après :

?[30 Points] x [Prix le plus bas US$] / [Prix en US$ offert] = Points attribués au prix de l’autre soumissionnaire.

Modalités de paiement

Le paiement sera effectué en quatre versements et comme suit :

  • 20% à la signature du contrat et après validation de la note méthodologique et calendrier d’exécution de la mission;
  • 40% Suite à la présentation et l’approbation du 1er projet de rapport d’évaluation finale
  • 40% Suite à la présentation et l’approbation (par le BP et le CTR du PNUD) du rapport d’évaluation finale définitif (après intégration des commentaires).

 

 

 

 

 


Competencies

  • Une forte capacité de planification stratégique, de gestion et de rapportage axés sur les résultats;
  • Connaissances dans le domaine de l’agriculture et des changements climatiques;
  • Avoir une aptitude à communiquer efficacement pour s'engager sur des informations techniques complexes à l'audience générale.


Required Skills and Experience

Le/La consultant (e) international (e) sélectionné (e) devra démontrer des capacités et des expériences antérieures pour exercer cette nature; pour mener à terme des tâches similaires; ainsi que la disponibilité immédiate pour entreprendre les tâches dans les délais limités. On s'attend à ce qu'il effectue ces tâches avec le plus haut degré de responsabilisation de manière transparente, habile et objective. En outre, engagez tous les partenaires clés dans le processus de consultation. En outre, les qualités et compétences suivantes sont requises:

Education:

  • Diplôme universitaire niveau BAC +4 au minimum en gestion de projet, Sciences sociales, environnement , agriculture ou domaine similaire.

Expérience:

  • 10 ans minimum d'expérience professionnelle pertinente, au moins 5 ans d’expérience antérieure dans les méthodologies de suivi et d’évaluation axées sur les résultats;
  • Avoir déjà réalisé une évaluation finale de projet (une expérience avec des projets PNUD serait un atout)
  • Expérience professionnelle dans les pays en développement Connaissance avérée des questions liées au genre et expérience dans l’évaluation et l’analyse tenant compte du genre
  • une connaissance du PNUD et du FEM.

Langue: Française

Les candidatures féminines sont encouragées


UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact erecruit.helpdesk@undp.org.

© 2016 United Nations Development Programme