Consultant International Conseiller Technique Principal Projet Eléphant (Relance)


Location : Bamako, MALI
Application Deadline :24-Sep-19 (Midnight New York, USA)
Type of Contract :Individual Contract
Post Level :International Consultant
Languages Required :
French  
Starting Date :
(date when the selected candidate is expected to start)
01-Oct-2019
Duration of Initial Contract :80 jours

Background

Le Mali est situé en Afrique de l’Ouest. C’est un pays enclavé bordé par sept pays : l’Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Sénégal et la Mauritanie. C’est le huitième plus grand pays d’Afrique, avec une superficie d’un peu plus de 1 240 000 km². Avec environ 18 millions d’habitants[1], le Mali a toujours une économie essentiellement rurale et est classé parmi les 48 pays les moins avancés (PMA) dans le monde. Les frontières septentrionales du Mali pénètrent profondément au milieu du désert du Sahara, tandis que le sud du pays, où vit la majorité des habitants, est caractérisé par les fleuves Niger et Sénégal. La majeure partie du pays se trouve dans le sud du désert du Sahara, une zone de savane soudanienne extrêmement chaude et chargée de poussière. Le Mali est principalement plat, s’élevant au nord vers les plaines vallonnées couvertes de sable.

La richesse de la flore et de la faune au Mali est principalement menacée par les activités humaines : dégradation de l’habitat et conversion à l’agriculture, surexploitation des produits forestiers, braconnage, surpêche, surpâturage et feux de brousse. Cette situation est exacerbée par une variabilité accrue des précipitations ces dernières années et une augmentation de la population humaine. Néanmoins, la sensibilisation accrue du Mali aux questions de la biodiversité a conduit à la création de plusieurs aires protégées. En 2014, le réseau de 27 aires protégées du Mali couvrait une superficie de 9 010 757 ha, soit environ 8 % du territoire national. Ce réseau d’aires protégées est composé de parcs nationaux, d’une réserve de biosphère, de sanctuaires ou de réserves spéciales et de réserves fauniques.

La région du Gourma, située dans la zone sahélienne entre les trois districts administratifs de Tombouctou, Mopti et Gao, est l’une des plus importantes au Mali en termes de biodiversité d’après la Stratégie nationale sur la biodiversité. Les principales formations végétales de la région du Gourma, classées selon le pourcentage de la zone administrative provinciale qu’elles couvrent, sont : la savane boisée (34,8 %), la savane arbustive (30,4 %), les jachères et l’agriculture (20,2 %) et la surface brûlée (7,4 %)[2]. Les lacs Banzena, Gossi et Agofou sont les seuls lacs de la région qui contiennent de l’eau toute l’année[3], bien que les deux derniers soient fortement utilisés et touchés par les activités humaines. Cependant, ces sources d’eau peuvent parfois s’assécher complètement pendant les années de sécheresse.

Parmi les grandes espèces de mammifères qui peuplent la région figurent les éléphants d’Afrique de l’Ouest (Loxodonta Africana), la gazelle dorcas (Gazelle dorcas), la gazelle à front roux (Gazelle rufifrons), le chacal commun (Canis aureus) et le chat sauvage africain (Felis libyca). Les éléphants occupaient autrefois une aire de répartition en grande partie continue en Afrique de l’Ouest, des forêts côtières au Sahara, mais se limitent maintenant à de petites populations géographiquement isolées et très fragmentées, dont plus de la moitié contient moins de 100 individus. La population d’éléphants de la région du Gourma au Mali qui a survécu est non négligeable, représentant 2 % de tous les éléphants d’Afrique de l’Ouest. Les éléphants ont toujours vécu en harmonie avec les peuples du Gourma, mais l’augmentation de l’activité humaine (en particulier l’expansion de l’agriculture dans la région, l’élevage, les communautés humaines sédentaires et les programmes de développement de l’eau) ne permettent pas aux éléphants de trouver aussi facilement les ressources dont ils ont besoin, malgré le fait qu’ils essaient d’éviter les zones d’activité humaine. C’est sans doute grâce à la tolérance des populations locales, de l’isolement de la région et de leurs petites défenses de faible qualité que la population a échappé à l’éradication causée par le braconnage intense des années 1980, qui a anéanti toutes les populations qui existaient autrefois dans le Sahel. La population d’éléphants du Gourma qui est l’une des plus importantes de la région de l’Afrique de l’Ouest, est confrontée à de nombreuses menaces directes qui sont notamment :

  • Braconnage /Possibilités d’abattage d’éléphants en représailles
  • La conversion de l’habitat des éléphants à l’agriculture
  • La compétition avec le bétail pour l’habitat et le surpâturage
  • La déforestation de la savane boisée et des écosystèmes riverains (habitat des éléphants)
  • Les feux de brousse se déclarent dans l’habitat des éléphants
  • Conflits entre les hommes et les éléphants (HEC).
  • Variabilité accrue des précipitations et augmentation du ruissellement

Du côté institutionnel, l’état aussi est buté à certains obstacles à la préservation et protection de ces éléphants du Gourma. Il s’agit notamment de :

  • L’insuffisance actuelle de la politique environnementale et du cadre juridique du commerce illégal d’espèces sauvages,
  • Les faibles capacités du gouvernement et des agences clés à appliquer efficacement la loi dans les situations de conflit militaire et
  • Le manque de structures et d’institutions universellement acceptées au sein des communautés locales pour permettre la gestion durable des ressources naturelles.

Au vu de ces contraintes, le Gouvernement du Mali en partenariat avec le programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et sur financement du Fonds pour L’Environnement mondial (FEM), a initié lun projet qui s’intitule : « Gestion communautaire des ressources naturelles qui résout les conflits, améliore les moyens de subsistance et restaure les écosystèmes dans l'ensemble de l'aire de répartition des éléphants »

Ce projet vise à protéger les éléphants du Mali dans des sites clés et à améliorer les moyens de subsistance des communautés locales qui vivent le long de la voie de migration pour réduire les conflits entre les hommes et les éléphants.

Il comporte quatre composantes, à savoir :

  • Composante 1 : Renforcement du cadre législatif et de la capacité nationale à lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages
  • Composante 2 : Protéger les éléphants du Gourma contre le braconnage et sécuriser les voies migratoires saisonnières et les habitats clés
  • Composante 3 : Gestion communautaire des ressources naturelles (GCRN) dans l’habitat des éléphants du Gourma ;
  • Composante 3 : Gestion des connaissances, suivi et évaluation et intégration des questions de parité hommes-femmes

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) exécute le projet dans le cadre de ses Modalités de Mise œuvre Nationale (NIM), sur une période initiale de six ans à compter de la date de signature du Document de Projet.

Le partenaire de mise en œuvre au Mali est la Direction Nationale des Eaux et Forêts, qui coordonne étroitement la conduite du projet avec les Ministères chargés de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche, de l’Hydrologie, de l’Environnement, de la Promotion de la Femme et de l’Enfant, de l’Administration Territoriales et de la Décentralisation, de la Sécurité, de la Défense ainsi qu’avec les autorités communales et régionales pour les activités au niveau local.

Le présent appel à candidature rentre dans le cadre du recrutement du Conseiller Technique Principal (CTP) du projet pour appuyer la mise en œuvre du projet ainsi que le renforcement institutionnel de la partie gouvernementale pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages.

 

 

 

[1] https://data.worldbank.org/country/mali

[2] Direction Nationale des Eaux et des Forêts du Mali (information provided to the national PPG consultants in September 2017).

[3] Le lac Ebanguimallen a de l'eau presque toute l'année

 


Duties and Responsibilities

Objectif Général : 

Le conseiller technique principal (CTA) sera chargé de fournir un appui technique au projet et s’attachera en particulier à aider la DNEF à diriger la mise en œuvre des composantes 1 et 2.

Il / elle apportera un soutien technique au chef de projet, au personnel et aux autres homologues du gouvernement. Le CTA coordonnera la fourniture des apports techniques nécessaires, examinera et préparera le mandat et examinera les résultats des consultants et autres sous-traitants. Il / Elle rendra compte au gestionnaire de projet. Il /elle sera entre autres chargé (e) de :

  • Fournir une assistance technique et stratégique pour les activités du projet, y compris la planification, la surveillance et les opérations sur le site, ainsi que pour le contrôle de la qualité des interventions ;
  • Prêter attention à l'intégration de la dimension de genre et à l'obtention de marqueurs de genre dans tous les résultats du projet ;
  • Fournir un soutien pratique au gestionnaire de projet au PNUD, à la DNEF, au personnel du projet et aux autres homologues du gouvernement pour les questions techniques liées aux composantes 1 et 2 du projet ;
  • Fournir un appui stratégique et technique au projet Mali Elephant de Wild Foundation en ce qui concerne la mise en œuvre de la composante 3 ;
  • Fournir en outre un soutien dans les domaines de la gestion et de la planification de projet, de la gestion des activités sur le site, du suivi et de l'évaluation d’impact ;
  • Soutenir les responsables de la DNEF pour la mise en œuvre des Composantes 1 et 2 et faciliter le travail de support sur demande.
  • Soutenir spécifiquement l'élaboration de la stratégie nationale de lutte contre le braconnage et l'examen de la législation relative à la criminalité liée aux espèces sauvages, ainsi que le suivi avec les partenaires concernés de la collaboration efficace des partenaires clés.
  • Fournir un rôle de mentorat / coaching aux cadres supérieurs de la DNEF et en particulier à l’Unité d’enquête « à créer » sur les espèces sauvages.
  • Soutenir la DNEF dans la collecte de fonds stratégiques et la liaison de partenariat en vue de solliciter un appui supplémentaire sur le terrain pour le développement efficace de la stratégie nationale de lutte contre le braconnage et l'examen de la législation relative à la criminalité liée aux espèces sauvages.
  • Fournir des services techniques et un soutien à tous les acteurs en ce qui concerne W & FC, IWT et la chaîne de maintien de l'ordre, en particulier en ce qui concerne les composantes 1 et 2 du projet.
  • Finaliser les termes de référence des consultants et des sous-traitants et aider au processus de sélection et de recrutement ;
  • Coordonner le travail de tous les consultants et sous-traitants, en veillant à la livraison en temps voulu des résultats attendus et à une synergie efficace entre les diverses activités sous-traitées ;
  • Aider le gestionnaire de projet au PNUD à assurer la liaison avec les partenaires du projet, les organisations donatrices, les ONG et d'autres groupes afin d'assurer une coordination efficace des activités du projet ;
  • Documenter les leçons tirées de la mise en œuvre du projet et faire des recommandations au conseil de projet pour une mise en œuvre et une coordination plus efficace des activités du projet ;
  • Répondre aux besoins de communication essentiels et soutenir l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan de communication du projet ; et
  • Effectuer d'autres tâches à la demande du gestionnaire de projet, du comité directeur et d'autres partenaires du projet.
  •  


Competencies

Le candidat au poste doit disposer des compétences générales suivantes :

  • Relations interpersonnelles efficaces et compétence de négociation éprouvées avec tous les niveaux de groupes de partenaires du projet,
  • De bonnes capacités managériales et à coacher efficacement un projet multipartite complexe ;
  • Capacité à coacher et motiver des équipes de consultants internationaux et locaux pour obtenir des résultats ;
  • Bonne capacité de réflexion stratégique et de planification ;
  • Excellente aptitude en communication ;
  • Des aptitudes et une disponibilité à travailler en équipe et sous pression ;
  • Une disponibilité à travailler sous pression et dans les zones arides et zones d’insécurité ;
  • Une aptitude physique pour supporte des conditions de travail contraignantes et des séjours au Mali ;
  • Démontrer un engagement aux valeurs d’intégrité des Nations Unies/PNUD et des standards éthiques ;
  • Faire la promotion de la vision, de la mission et des objectifs stratégiques du PNUD ;
  • Compétences de leadership avancées en matière de négociation et de communication ;
  • Une grande sensibilité au contexte du projet ;
  • Une bonne connaissance du Global Wild life Programme, du GEF et des outils de reporting ;
  • Un esprit d'initiative et excellente capacité de communication avec différents acteurs ;
  • Une excellente maîtrise des outils bureautiques usuels (Word, Excel, Power Point).


Required Skills and Experience

Formation :

  • Études universitaires (BSc, MSc ou PhD) avec une expertise dans les domaines de la gestion des ressources naturelles, de la biologie de la conservation, de la conservation ou de la gestion des zones protégées, des sciences de l’environnement ou dans des domaines de compétence connexes, ou encore une expérience pertinente de la police.

Expérience professionnelle :

  • Au moins douze années d’expérience professionnelle, dont huit au moins au niveau international ;
  • Une expérience antérieure des travaux sur W & FC et IWT, et la création d'un établissement de type unité chargée de la criminalité liée aux espèces sauvages est essentielle, avec de solides antécédents de travail pratique sur le terrain dans l'application des textes législatifs et réglementaires ;
  • Solides compétences en suivi et évaluation et expérience de la mise en œuvre de projets environnementaux ;
  • Une expérience antérieure avec des projets du FEM et du PNUD est un atout supplémentaire ;
  • Capacité de coordonner efficacement une grande équipe multidisciplinaire d'experts et de consultants ;
  • Être un négociateur efficace doté d'excellentes compétences en communication orale et en présentation ;
  • Une bonne connaissance du contexte institutionnel national et global de la gestion de la faune et du Global Wild life programme ;
  • Une expérience dans l’approche basée sur les écosystèmes, la biodiversité, les changements climatiques et la gestion durable des ressources naturelles ;
  • Expérience dans la gestion axée sur les résultats ;
  • Une connaissance des procédures et directives du PNUD et du FEM est un avantage.

Langue:

  • Maïtrise du Français.


UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact erecruit.helpdesk@undp.org.

© 2016 United Nations Development Programme