Recrutement d'un Consultant National, expert associé pour l’évaluation finale du Projet « Appui au Renforcement de la Sécurité communautaire et la Cohésion Sociale dans la région de Diffa


Location : Niamey, Diffa, NIGER
Application Deadline :23-Nov-20 (Midnight New York, USA)
Additional Category :Crisis Response
Type of Contract :Individual Contract
Post Level :National Consultant
Languages Required :
French  
Starting Date :
(date when the selected candidate is expected to start)
07-Dec-2020
Duration of Initial Contract :21 jours ouvrables
Expected Duration of Assignment :21 Jours ouvrables

UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence.

UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.


Background

 

Brève présentation du projet à Evaluer

Titre du projet : Appui au renforcement de la cohésion sociale dans les communes de Bosso, Toumour, Kablewa, Gueskerou, Chetimari la région de Diffa

NUMERO de Projet / portail Gateway du MPTF-O (pour les projets en cours) :

Zones d’intervention du projet : Bosso, Toumour, Kablewa, Gueskerou, Chetimari, Région de Diffa, République du Niger

Dates du projet :

Démarrage : 01/01/2019               

Fin : 31/08/2020 (y compris une extension sans coûts de deux moins)

Budget $ 2,700,000

 

Contexte et justification du projet

La région de Diffa est située à l’extrême Est du Niger et couvre une superficie de 156.906km2.  Elle est limitée au sud par la frontière nigériane, et à l’Est par la frontière tchadienne. Selon le dernier recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) réalisé par l’INS en 2012, sa population est estimée à quelques 593.821 habitants. Considérant le taux de croissance démographique de la région à 4,7% constaté sur les trois dernières années, on peut estimer actuellement cette population à quelques 713.579 habitants, composée essentiellement de sédentaires Kanouri et Haoussa, et de nomades Toubous, Touareg, Arabes et Peuhls. En prenant en compte les retournés et les réfugiés de la crise de Boko Haram, la région abriterait quelques 825.466 personnes en 2016.

L’agriculture, l’élevage, la pêche constituent les principales activités des populations de Diffa se pratiquant dans le Bassin du lac Tchad, la rivière Komadougou Yobé, et les cuvettes oasiennes de l’ouest de la région. Le reste de la région, qui constitue la plus grande partie du territoire régional, est essentiellement à vocation pastorale avec un cheptel très fourni qui constitue une des principales richesses de la zone. Il faut aussi signaler l’exploitation récente du pétrole qui assure des revenus supplémentaires aux populations et collectivités de la région. La plupart de ces activités économiques qui, autrefois faisaient la prospérité de la région, sont aujourd’hui anéanties par les effets de l’insécurité résultant de la crise née des attaques de la secte de Boko Haram (BH).

Il faut également noter que l’insécurité résiduelle que vivent ces communautés est accentuée par la circulation et le trafic et la possession d’armes illicites par les civils. Ceci est inquiétant du fait de la faible présence des structures de sécurité intérieure (Police, Garde Nationale, Gendarmerie).

De plus, les dernières missions de la Commission Nationale de Collecte et Contrôle des Armes Illicites (CNCCAI) dans la région de Diffa ont fait ressortir que les communautés ne sont pas informées et conscientisées sur les procédures de détention d’armes légales par les civils et les catégories et types d’armes qu’elles sont censés détenir. Un renforcement des capacités techniques et opérationnelles des acteurs au niveau local (les autorités déconcentrées, les autorités décentralisées, les leaders communautaires/d’opinions et les jeunes) en termes de formation sur la collecte d’armes Illicites, d’appui au fonctionnement opérationnel de la CNCCAI et en termes d’outils de sensibilisation s’avère également nécessaire.

Cependant l’exacerbation de la crise qui a conduit les autorités nigériennes à prendre des mesures restrictives sur les activités et les mouvements des personnes et des biens,  telles que l’interdiction de la commercialisation du poivron et du poisson considérée comme principale source de financement de Boko Haram et l’interdiction de la circulation des motos a mis au chômage un grand nombre de jeunes et ralentit encore plus l’activité économique et l’accès aux marchés. La fermeture de nombreux marchés, notamment ceux de Gagamari, Gueskerou, Kindja Indi, Toumour a engendré la paralysie de l’économie des services sociaux locale provoquant une montée en flèche du chômage des jeunes (85%), le développement de marchés sauvages incontrôlés et l'insécurité autour des marchés communautaires

L’arrivée massive et continue des réfugiés du Nigeria, des déplacés internes, des ex combattants accueillis par les populations endogènes a entrainé une pression sur les maigres ressources existantes. Cette situation d’insécurité née de la présence de la secte Boko Haram a exacerbé la vulnérabilité des populations et a fait de Diffa depuis février 2015 la région du pays recevant le plus d’interventions humanitaires, notamment à l’endroit des réfugiés, des déplacés, des ex combattants repentis sans un appui équivalent envers la population hôte profondément impactée par l’arrivée de ces populations vulnérables. Les populations endogènes ont le sentiment d’être abandonnées et de ne pas être appuyées contrairement aux autres (refugiés, les déplacés, les ex combattants) qui reçoivent de l’aide humanitaire. Ce sentiment d’injustice persistant et cette frustration grandissante semblent également provenir de la perception que ce sont toujours les mêmes jeunes qui profitent des projets de développement et de l’appui extérieur. Cette situation creuse une fracture sociale entre les diverses composantes de la société. La résilience des populations hôtes, déjà menacées et traumatisées par la persistance de l’insécurité communautaire, la paralysie des services sociaux administratifs et les représailles dus à l’enrôlement forcé de leurs enfants, s’amenuise de manière critique. Dans un tel contexte, les tensions émergeantes entre la population hôte et les populations déplacées doivent être réduites et le tissu social, basé sur une coexistence pacifique entre ces groupes, doit être rétabli.

Aussi, bien que la présence militaire ait été jugée importante, lors des consultations communautaires dans la cadre de l’élaboration de la stratégie régionale de la stabilisation du Bassin du Lac Tchad, nombreuses communautés ont mis en évidence les lacunes des forces de sécurité à savoir le manque de professionnalisme de certaines forces de défense et de sécurité et leur inconduite présumée. Ceci crée une méfiance des communautés vis à vis des forces de sécurité, affectant ainsi le dispositif de sécurité communautaire. La multitude des mécanismes sécuritaires existantes dans les 5 communes sont confrontés à d’énormes difficultés logistiques avec une faible capacité opérationnelle. Il faut noter également une complicité volontaire ou involontaire des populations par peur de représailles ou pour la protection de leurs enfants souvent membres de Boko Haram.

Devant cette situation, le Gouvernement du Niger a entrepris des négociations et un plaidoyer pour faire revenir à la raison les enfants de la nation égarés en construisant un camp à Goudoumaria ou 255 ex-combattants repentis dont 48 femmes et 12 enfants avaient été cantonnés. Un millier de personnes présumées impliquées dans les différentes attaques revendiquées par Boko Haram sur le territoire nigérien ont été arrêtées dans la région de Diffa avant d’être transférées et détenues dans plusieurs maisons d’arrêts à Niamey et aux alentours. 1237 personnes dont 599 étrangers ont été détenus dans les maisons d’arrêt de Koutoukalé, Kollo et Niamey, dont certaines depuis les premières attaques de février 2015. Depuis mars 2017, les procès de ces personnes détenues ont commencé devant le Pôle Judiciaire antiterroriste et la Chambre de jugement de la Cour d’Appel de Niamey avec la libération de 300 détenus déclarés non coupables par la justice.

L’expérience montre que la réinsertion des ex-combattants, pour être réussie, doit être accompagnée de mesures qui permettent de créer un contexte socioéconomique favorable à la réconciliation et au pardon. Le déséquilibre entre l’appui fourni aux populations hôtes et aux groupes vulnérables et les ressentiments qu’il provoque ne concourent pas à faciliter l’insertion sociale des différents groupes, condition pourtant importante à la stabilisation et à la cohésion sociale dans la zone de Diffa.

A Diffa, la situation de la femme demeure problématique. Elles n’ont pas accès à certaines ressources stratégiques comme la terre, l’information, l’école et n’accèdent que rarement à des activités économiques de haut niveau. Elles sont en général mariées très tôt avec un taux de fécondité élevé. Elles sont très souvent submergées par les tâches domestiques et les sollicitations sociales. Leur rôle est paradoxal : souvent marginalisées et exclues de la prise de décision et de l'accès à la justice, elles sont pourtant perçues comme jouant un rôle essentiel en matière d'alerte précoce, fournissant un soutien psycho-social aux victimes et leur engagement dans la consolidation de la paix en général. Les femmes ont été plus touchées que les hommes par le conflit BH, un grand nombre d’elles ont perdu leurs mari et enfants et parfois victimes de violences sexuelles, physiques et psychologiques. Avec la crise de BH, elles jouent un rôle primordial dans l’entretien de la cellule familiale en vendant leurs biens (bijoux, bétail etc.) pour pouvoir subvenir aux besoins primaires de la famille, les hommes ne pratiquant aucune activité économique suite aux mesures restrictives liées à l’état d’urgence.

Compte tenu de la position de la femme dans la région de Diffa, cette dernière peut jouer un rôle important dans la consolidation de la paix et l’éducation des enfants en leur inculquant les valeurs de paix, le caractère sacré de la vie et le respect des principes et règles de vie en société. A cet effet, les femmes doivent être impliquées dans le processus de consolidation de la paix (mécanismes d’alerte précoce et comité de paix/veille) et désarmement volontaire car les combattants sont souvent leurs enfants, leurs maris, leurs copains.

Ce financement PBF est donc venu stratégiquement combler le gap lié aux risques de déstabilisation sociale nés de la frustration des populations hôtes dont les besoins n’ont pas été pris en compte par les projets en cours ciblant principalement les réfugiés, les déplacés internes et ex-combattants. A cela s’ajoute les risques sécuritaires liés à la possession et au trafic d’armes illicites.

Ce projet vise à atteindre les résultats suivants :

Résultat 1 - La coexistence pacifique entre populations hôtes, les ex-combattants et les déplacées est renforcée dans les communes de Bosso, Toumour, Kablewa, Gueskerou, Chetimari ;

  • Les mécanismes de dialogue inter communautaires sont renforcés pour une meilleure coexistence pacifique ;
  • Des micro-projets communautaires sont appuyés pour encourager la coexistence pacifique dans les zones touchées par l’état d’urgence.

Résultat 2 - La sécurité communautaire dans les communes de Bosso, Toumour, Kablewa, Gueskerou, Chetimari est améliorée.

  • Les mécanismes de sécurité communautaire sont renforcés ;
  • Réaliser des campagnes de communication et de sensibilisation sur les armes illicites dans les communes de Bosso, Toumour, Kablewa, Gueskérou, Chétimari.

Objectifs de l’évaluation finale

  1. Une évaluation finale est prévue pour mesurer les résultats atteints ainsi que la pertinence, l’efficacité, l’efficience, la durabilité et l’impact de l’intervention, les bonnes pratiques ainsi que les leçons à tirer de la mise en œuvre de ce projet PBF au Niger.

Il est attendu que l’évaluation formule des recommandations et donne des orientations qui permettront d’améliorer les prochaines interventions du PBF dans le cadre de l’éligibilité du Niger au Fonds de Consolidation de la Paix.

L’évaluation devra aussi déterminer l’impact du COVID-19 en 2020 sur les interventions du Projet.

Le choix d’une évaluation externe a été privilégié afin de contribuer à assurer l’indépendance, l’impartialité et la crédibilité du processus.

Les objectifs spécifiques de l’évaluation sont de :

  • Apprécier la pertinence du projet par rapport aux besoins et priorités de la Région en matière de sécurité, de cohésion sociale, de consolidation de la paix et de développement
  • Examiner la stratégie de mise en œuvre adoptée, notamment le fonctionnement des mécanismes de gestion du projet ; et l’implication des parties prenantes dont les bénéficiaires
  • Mesurer le degré de mise en œuvre du projet, son efficacité, son efficience, ainsi que la qualité des résultats obtenus ;
  • Déterminer les effets du projet sur les populations bénéficiaires dans les communes cibles ;
  • Documenter les succès (et pourquoi) et les résultats importants qui n’ont pas été atteints (et pourquoi) pendant la mise en œuvre du projet ;
  • Tirer les leçons de la mise en œuvre de ce projet ;
  • Identifier les facteurs favorables ou défavorables à la conception, à la mise en œuvre et au suivi et évaluation du projet et faire des recommandations pour la mise en œuvre de projets futurs dans la Région ;
  • Analyser les aspects catalytiques des interventions, les atouts et les contraintes rencontrées lors de la mise en œuvre du projet, dégager les bonnes pratiques ainsi que les leçons à tirer de l’expérience et faire des recommandations pour la mise en œuvre de projets futurs en lien avec la consolidation de la paix dans la Région y compris ceux pouvant être supportés par un financement du PBF ;
  • Evaluer l’impact du COVID-19 sur la mise en œuvre du projet en 2020

Portée de l’évaluation

Compte tenu de ses objectifs en tant que processus d’apprentissage mais aussi de décision, l’évaluation couvrira notamment la conception du projet, le choix des zones d’intervention (Bosso, Toumour, Kablewa, Gueskerou, Chetimari), les mécanismes de coordination (à différents niveaux), les stratégies de mise en œuvre et de suivi, les mécanismes d’implication du Gouvernement et des communautés, la pérennisation des réalisations et le rapportage.

Critères de l’évaluation

L’évaluation se basera sur les critères standards d’évaluation définis par l’OCDE/CAD. L’évaluation sera conduite dans l’optique de l’approche droits humains et de l’égalité des sexes. Les principales questions d’évaluation non exhaustives en lien avec les quatre critères retenus auxquelles l’évaluation devra apporter des réponses sont les suivantes :

Critères                            Questions   

  a. Pertinence         

  • Est-ce que les objectifs du projet répondaient aux priorités nationales et aux attentes des communautés bénéficiaires en termes de sécurisation, de cohésion sociale et de consolidation de la paix ?
  • Dans quelle mesure le projet contribue-t-il à l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et des jeunes et aux approches fondées sur les droits fondamentaux ?
  • Dans quelle mesure le projet s'est-il adapté à l’évolution de son environnement, notamment au plan politique et sécuritaire et quelles stratégies d'atténuation des risques ont-elles été mises en place
  • Y a-t-il des risques majeurs qui n’ont pas été pris en considération par les équipes du projet ?

b. Efficacité

  • Dans quelle mesure les résultats escomptés du projet ont-ils été atteints ?
  • Quels sont les facteurs externes majeurs qui ont influencé (positivement et/ou négativement) l’atteinte des résultats attendus (y compris en termes de synergies) ?
  • Dans quels domaines le projet a-t-il enregistré ses meilleures performances ? Pourquoi ? Quels ont été les facteurs facilitants ? Comment renforcer ces résultats ?
  • Dans quels domaines le projet a-t-il enregistré ses moins bonnes performances ? Quels ont été les facteurs limitants et pourquoi ? Comment pourraient-ils être levés ?
  • Dans quelle mesure le projet a-t-il contribué à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes?
  • Dans quelle mesure le projet a-t-il contribué cohésion sociale ?Dans quelle mesure les parties prenantes ont-elles participé à la mise en œuvre du projet ?
  • Dans quelle mesure les mécanismes de coordination et de suivi à tous les niveaux ont-ils été mis en place, ont été fonctionnels, et ont joué effectivement leur rôle ?

c. Efficience

  • Les financements mobilisés pour le projet étaient-ils suffisants pour la réalisation de toutes les activités et l’atteinte des résultats escomptés ?
  • Dans quelle mesure les mécanismes mis en place ont permis d’optimiser l’utilisation des ressources disponibles, accroitre les synergies et la complémentarité dans l’action ?
  • Dans quelle mesure le projet a été mis en œuvre dans les délais impartis ?
  • Dans quelle mesure les activités ont été mises en œuvre de la façon la plus efficiente y compris la sélection des partenaires de mise en œuvre, comparée à des alternatives possibles expérimentées dans le cadre d’autres projets ?
  • Dans quelle mesure les systèmes de S&E utilisés permettent-ils d’assurer une gestion efficiente du projet ?

d. Durabilité d. Durabilité

  • Quel a été le degré d’implication et d’appropriation du projet par les bénéficiaires, notamment les communes et les services techniques gouvernementaux aux différentes étapes du projet (conception, réalisation et suivi des activités en vue d'assurer leur bonne continuité) ? Quelles ont été les stratégies mises en œuvre ?
  • Existe-t-il des risques structurels, sociaux, politiques ou sécuritaires pouvant menacer la durabilité des résultats du projet ? Dans quelle mesure les enseignements tirés ont-ils été en permanence documentés et diffusés auprès des parties intéressées ?
  • Quelles sont les stratégies et mécanismes envisagées pour assurer la valorisation, la réplication ou l’extension des résultats atteints ;
  • Quels ont été les principaux effets catalytiques (financiers ou autres) du projet ?
  • Quelles mesures pourraient être adoptées pour renforcer les stratégies de désengagement et la durabilité ?

Approche méthodologique de l’évaluation

Pour cet exercice, le recours sera fait aux méthodes qualitatives mais aussi à l’observation directe, à travers notamment des visites de sites d’interventions du projet (si les conditions sécuritaires le permettent). Toutes ces informations combinées permettront d’apporter des réponses aux questions d’évaluation ci-dessus décrites. La méthodologie qui sera détaillée par le consultant devra être en ligne avec l’approche basée sur les droits humains et l’égalité de sexes. Afin d’enrichir son analyse et de disposer d’informations fiables, le consultant devra aussi trianguler les données disponibles issues de multiples sources.

L’approche inclura les groupes de discussion, l’observation directe ainsi que des entretiens semi-structurées avec les parties-prenantes et auprès d'informateurs clés afin de compléter les données quantitatives. L'équipe d'évaluation trouvera les alternatives les plus appropriées pour obtenir plus d’informations et même de renseigner véritablement la prise de décision. Ainsi divers groupes seront identifiés au sein des agences, des ministères, des structures publiques centrales et décentralisés/déconcentrées pertinentes, des institutions partenaires d’exécution, des autorités locales et aussi des représentants de bénéficiaires.

Le consultant devra subtilement utiliser les différentes méthodes de collecte : revue documentaire, entretiens, discussions de groupe, observation directe, enquêtes etc. qui permettent d’assurer une complémentarité dans le traitement et l’analyse des informations, et d’éviter ainsi les assertions.

 


Duties and Responsibilities

Livrables attendus

Dans le cadre du présent exercice, l’équipe de consultants doit produire les documents suivants :

1. Un rapport de démarrage : qui présente la méthodologie d'évaluation et explique clairement comment l'approche proposée apportera les réponses aux questions et permettra d’atteindre l’objectif de l'évaluation. La note doit contenir les outils de collecte de données (quantitatives et qualitatives), les techniques d’échantillonnage et une cartographie des cibles, le plan d’analyse avec une matrice de l’évaluation reflétant les critères et les questions d’évaluation. La méthodologie comprendra également une proposition de chronogramme détaillé des activités et la soumission des livrables. Par ailleurs, il identifiera les défis ou risques potentiels susceptibles d’entraver la soumission des livrables dans les délais, ainsi que les mesures de mitigation envisagées. Ce document constituera la première base de travail sur laquelle le consultant devra s’accorder avec le PNUD et l’UNHCR.

2. Un premier draft du rapport : Ce rapport générera des connaissances basées sur les évidences en identifiant les lacunes aussi bien dans la conception du projet et sa mise en œuvre. Il identifiera aussi les bonnes pratiques en vue du renforcement de la programmation des projets de consolidation de la paix futurs. Par ailleurs ce document fera ressortir la synthèse des résultats de l’évaluation des indicateurs clés de résultat. Les détails seront fournis en annexe. Ce premier draft sera partagé avec le comité de suivi technique afin de recueillir les premiers commentaires et amendements sur la qualité du travail fourni.

3. Un rapport final provisoire : Le consultant intègrera l’ensemble des commentaires pertinents reçus de toutes les parties prenantes. Ce rapport contiendra un résumé analytique de 2-3 pages présentant une brève description du contexte de mise en œuvre du projet, les objectifs de l'évaluation, un aperçu de la méthodologie, les principaux résultats, conclusions et recommandations. Les annexes du rapport incluront toutes les informations pertinentes pour l’étude mais non nécessaires dans le corps du rapport, notamment les outils de collecte de données.

4. Une version définitive du rapport d’évaluation : Après examen et approbation par le PNUD et UNHCR de la prise en compte de l’ensemble des amendements pertinents faits par les différentes parties prenantes, le PNUD et le HCR valideront la version reçue du document comme version définitive de l’évaluation.

Calendrier de l’évaluation

La mission durera 21 jours ouvrables :

  • 02 jours : Revue documentaire et début d’élaboration de la méthodologie (avant l’arrivée à Niamey) ;
  • 02 jours : Consultations initiales à Niamey ;
  • 09 jours : Travail de terrain et analyse de données et consultation quotidienne téléphonique avec le consultant national qui sera sur le terrain ;
  • 02 jours : Consultations supplémentaires à Niamey suite au travail de terrain et rédaction du résumé ;
  • 01 jour : atelier de restitution ;
  • 03 jours : rapportage provisoire ;
  • 02 jours : rapportage final ;
  1. Composition de l’équipe d’évaluation et compétences requises

Le consultant national travaillera en tandem avec un consultant international, chef de mission.

Par ailleurs, en fonction de la méthodologie de travail retenue l’équipe de consultants pourra s’adjoindre de 2 enquêteurs qui auront en charge d’administrer un questionnaire sur l’enquête légère relative aux principaux indicateurs du projet.

NB : La charge de travail de chaque enquêteur est estimée à 14 jours maximum à inclure dans l’offre du consultant sous la rubrique « frais d’enquête ».

Les consultants auront la responsabilité globale de la qualité et du respect des délais de tous les livrables de l’évaluation. Ils auront la responsabilité de proposer et de mettre en œuvre les solutions les plus adéquates pour la réalisation de cette évaluation. Les consultants seront chargés de conduire le travail sur le terrain sur la base de la méthodologie préparée pendant la phase préparatoire à Niamey et approuvée par le PNUD avant leur départ pour le travail du terrain.

L’évaluation sera placée conformément au document du projet sous la coordination de l’agence lead, à savoir le PNUD Niger. Elle sera donc sous la responsabilité du Conseiller Technique Principal de l’unité Paix et Sécurité du PNUD Niger. Le PNUD se chargera de s’assurer de la mise en œuvre de l’évaluation, de transmettre les produits de l’évaluation aux parties prenantes et aux bénéficiaires et de recueillir, compiler et transmettre leurs observations à l’évaluateur.

Le PNUD, en collaboration avec les autres parties prenantes du projet donnera aussi l’appui logistique à l’évaluation. Ceci à travers d’abord la coordination de toutes les parties prenantes concernées par la conduite de l’évaluation ; ensuite l’Organisation et la supervision de la présentation des résultats de l'évaluation à travers un atelier de restitution et enfin la Collaboration avec les autres parties prenantes dans la validation du rapport.

Arrangements de gestion

Les rôles et responsabilités clés dans les processus d’évaluation sont répartis comme suit :

a) Commanditaires de l'évaluation : le Senior Management du bureau pays du PNUD et de UNCHR : 1) fournir des conseils à l’évaluateur ; 2) répondre à l'évaluation en préparant une réponse du Management et en utilisant les constats de manière appropriée ; 3) allouer les fonds et les ressources humaines nécessaires ; 4) être responsable et rendre compte de la qualité du processus et des produits de l’évaluation ; 5) recommander l'acceptation du rapport final. En tant que commanditaire de cette évaluation, le rôle principal du PNUD est de fournir un soutien stratégique, financier et administratif. Le PNUD doit aussi mener l’ensemble de la coordination afin de gérer tout le processus d’évaluation avec le consultant. Le PNUD et le UNHCR devront aussi s’assurer de la dissémination et de l’utilisation des conclusions et des recommandations de l’évaluation afin de renforcer l’apprentissage avec les parties prenantes.

b) Équipe d'évaluation : Les consultants pour effectuer l'évaluation réelle, ils doivent soumettre l’approche méthodologique, collecter et analyser les données, développer le projet de rapport, la présentation Power Point et le rapport final conformément aux termes de référence.

c) Co-gestion de l'évaluation : Le Représentant Résident Adjoint du PNUD,  le Conseiller Technique Principal en Paix et Sécurité et le point focal suivi évaluation du PNUD pour : 1) gérer les arrangements contractuels, le budget et le personnel impliqué dans l'évaluation ; 2) fournir un appui en coordination à l'équipe d'évaluation; 3) fournir à l'équipe d'évaluation l'assistance administrative et les informations et données requises; 4) Analyser le document d’approche méthodologique et le rapport d'évaluation pour s’assurer que la version finale répond aux standards de qualité.

Ethique d’évaluation

Cette évaluation sera conduite en conformité avec les principes énoncés dans le Guide pour l’éthique de l’évaluation du Groupe des Nations Unies pour l’évaluation et le code de conduite d'UNEG pour l'évaluation dans le système des Nations Unies.

ANNEXES

Annexe 1 - Modèle de rapport d’évaluation

  1. Titre
    • Nom de l’évaluation
    • Calendrier de l’évaluation et date du rapport
    • Pays de l’intervention d’évaluation
    • Nom des consultants
    • Nom de l’organisation initiant l’évaluation
    • Remerciements
  2. Table des matières
    • Inclure les encadrés, schémas, tableaux et annexes avec les références des pages.
  3. Liste des acronymes et abréviations
  4. Résumé analytique (une section indépendante de 2-3 pages y compris les principales conclusions et recommandations)
  5. Introduction
  6. Description de I’ intervention
  7. Etendue de l’évaluation et objectifs
  8. Approche et méthodes d’évaluation
  9. Analyse des données
  10. Déductions et conclusions
    • Résultats et conclusions globaux (y compris des réponses aux questions principales d’évaluation)
  11. Recommandations
    • Recommandations globales (y compris les recommandations produites de répondre aux questions principales d’évaluation)
  12. Enseignements tirés
    •  Sous-section spécifique y compris sur le genre
  13. Annexes du rapport
    • TDR pour l’évaluation
    • Matrice d’évaluation et instruments de collecte des données (questionnaires, guides d’entretien, protocoles d’observation, etc)
    • Liste des personnes ou groupes interviewés ou consultés et des sites visités
    • Liste des documents d’aide révisés
    • Cadre des résultats du programme
    • Tableaux de résumé des déductions et présentant les progrès réalisés vers les produits, les cibles et objectifs relatifs aux indicateurs établis
    • Cartographie des interventions prenant en compte les cibles, les zones et les activités
    • Code de conduite signé par les évaluateurs

Annexe 2 : Normes à prendre en compte pour le rapport

L’équipe d’évaluation devra produire un rapport qui répond aux standards du système des Nations Unies. Il doit comprendre les éléments suivants :

1. Résumé analytique de 2 à 3 pages qui donne un aperçu des éléments essentiels du rapport. Ce résumé peut être lu et utilisé de façon autonome tant il sera complet et concis. Il comprend :

  • Une vue d'ensemble de l'objet de l'évaluation
  • Les objectifs de l'évaluation
  • La méthodologie de l'évaluation
  • Les résultats et les conclusions les plus pertinents
  • Les principales recommandations.

2. Objet et but de l'évaluation : l'évaluation devrait décrire clairement l'objet qui est en train d’être évalué, notamment le modèle logique et/ou la chaîne des résultats attendus, les stratégies d’exécution et l'intervention, la couverture des interventions, et les principales hypothèses. Le but de l'évaluation doit être clairement défini, notamment la raison pour laquelle cette évaluation s’imposait à ce moment précis, quelles sont les informations recherchées, qui en a besoin et comment elles seront utilisées.

3. Questions et critères de l'évaluation : le rapport de l’évaluation doit préciser les questions de l'évaluation ainsi que les critères d'évaluation utilisés ou non utilisés.

4. Méthodologie : le rapport doit contenir une description claire de la méthodologie et une description complète de la participation des acteurs dans l'évaluation. Elle détaillera les données qui ont été collectées, comment elles ont été collectées et par qui, les limites possibles de l’évaluation, etc. avec un accès sur le genre.

5. Résultats de l’évaluation devraient porter sur les critères d’évaluation ainsi que les critères transversaux (le genre, les droits humains, la gestion axée sur les résultats). Les résultats seront objectivement présentés avec des données et preuves. Les limites/gaps dans les données ainsi que les résultats non anticipés seront également présentés et discutés. Les raisons de non-réalisation des droits, des échecs particulièrement les contraintes récurrentes doivent être identifiées autant que possible. Enfin, les résultats doivent être présentés avec clarté, logique et cohérence.

6. Conclusions devraient porter sur les objectifs d'évaluation et les questions clés, s’appuyer sur des faits et être logiquement liées aux résultats de l'évaluation et donner un aperçu sur des problèmes importants identifiés et/ou de leurs solutions.

7. Les enseignements tirés sont des contributions à la connaissance générale. Ils doivent être bien soutenus par les résultats et les conclusions présentées.

8. Recommandations : le rapport décrit le processus de l'élaboration de recommandations, notamment la consultation avec les parties prenantes et doit identifier clairement le groupe cible pour chaque recommandation et établir le lien direct entre la problématique et la recommandation et de grâce par produit

9. Annexes devraient contenir : les TDR, la bibliographie, la liste des personnes interviewées et des sites visités, des informations supplémentaires sur la méthodologie, les outils de collecte de données, etc.


Competencies

  • Excellente capacité de coordonner les activités de collecte des données sur terrain.
  • Excellente capacité d’analyse, de synthèse et de rédaction des documents.
  • Maitrise des outils de collecte et d’analyse des données socioéconomiques (qualitative et quantitative).
  • Compétence dans le domaine des entretiens/interviews de groupe ou d’individus.
  • Bonne aptitude à travailler en équipe. 
  • Capacité à travailler sous pression.


Required Skills and Experience

Education

Être titulaire d’un diplôme universitaire du niveau BAC+3 (au moins) dans les domaines des sciences sociales (développement, sociologie, économie, démographie,…), de la gestion des projets, sciences de développement,  du développement international ou tout autre domaine technique connexe.

Qualifications

  • Avoir réalisé ou participé à au moins cinq (3) évaluation de projets (socio-économique, renforcement de capacités des jeunes et des femmes, sécurité communautaire, gestion des conflits, relèvement post-conflit etc.) ;
  • Avoir participé à l’évaluation d’au moins trois (5) évaluations de projets de développement.
  • Avoir réalisé au moins une (1) évaluation de projet de cohésion sociale, insertion socio-économique ou sécurité communautaire ;
  • Avoir au moins trois (3) expériences de collecte, traitement et analyse de données qualitatives et quantitatives ;
  • Avoir une expérience au Sahel et au de préférence Niger
  • Avoir travaillé avec les Nations Unies serait un atout
  • Présenter une Méthodologie de travail cohérente et adaptée pour la mission

Langue

  • Excellente maîtrise du français.
  • La connaissance des langues parlées dans la région de Diffa serait un atout.

Composition du dossier (Une offre en un fichier unique incluant la proposition technique et l'offre financière)

Offre technique (Obligatoire) :

  • Une copie des diplômes ;
  • Un CV détaillé ;
  • Une brève description de la méthodologie de travail indiquant les différentes étapes d’atteinte des résultats et le chronogramme (3 pages maximum).
  • Un exemple d’un rapport d’évaluation mené et écrit par le consultant ;
  • Un formulaire P11 des Nations Unies dûment rempli et au moins 3 personnes de référence avec leurs adresses mail.
  • Formulaire : -http://sas.undp.org/Documents/P11_personal_history_form.doc
  • Un plan de travail

NB : Les soumissions incomplètes seront rejetées

Offre financière :

  • Une proposition financière sur la base d’un montant forfaitaire incluant (les honoraires, et autres frais liés à la mission au Niger). Pour permettre une meilleure appréciation du montant forfaitaire proposé, le consultant doit éclater son montant forfaitaire en indiquant clairement les frais prévus pour les honoraires, les frais de voyages et ceux affectés aux indemnités journalières/perdiems.

Evaluation:

Les consultants individuels seront évalués comme suit :

  • Être titulaire d’un diplôme universitaire du niveau BAC+3 (au moins) dans les domaines des sciences sociales (développement, sociologie, économie, démographie,…), de la gestion des projets, sciences de développement,  du développement international ou tout autre domaine technique connexe (05 points) ;
  • Avoir une expérience d’au moins cinq (05) années dans la mise en œuvre ou évaluation des projets (socio-économique, renforcement de capacités des jeunes et des femmes, sécurité communautaire, gestion des conflits, relèvement post-conflit etc.)  (15 points)
  • Avoir de l’expérience dans la collecte, analyse et/ou traitement des données quantitatives ou qualitatives sensibles au genre et aux droits de l’homme (études, enquêtes, traitement de données) (minimum 3 évaluations) - (15 points) ;
  • Avoir de l’expérience dans la mise en œuvre des projets financés par les multinationales (15 points)
  • Bonne connaissance du contexte de paix et sécurité au Niger (10 points) ;
  • Expérience de travail avec le Système des Nations Unies (SNU) au Niger (05 points)
  • Excellente maitrise du français (05 points)
  • Méthodologie de travail (30 points)

Analyse cumulative

En utilisant cette méthode d’évaluation pondérée, un contrat sera attribué au consultant individuel dont l’offre a été évaluée et déterminée comme étant, à la foi:

  • Efficace/conforme/acceptable, et
  • Comme ayant reçu le score le plus élevé, déterminé à partir d’un ensemble prédéfini de critères techniques et financiers pondérés, spécifiques à la demande.
  • Poids des critères techniques:70%
  • Poids des critères financiers:30%

Critères d'évaluation:

les candidats seront évalués sur la base des critères suivants:

Seuls les candidats qui obtiennent un minimum de 70 sur 100 points seront pris en compte pour l’évaluation financière.

Les demandes de clarifications peuvent etre envoyées à l'adresse suivante:  ne.procurement.team@undp.org  

Les candidatures feminines sont encouragées.



If you are experiencing difficulties with online job applications, please contact erecruit.helpdesk@undp.org.

© 2016 United Nations Development Programme