UN (01) CONSULTANT NATIONAL POUR LA REVUE A MI-PARCOURS DE LA CONTRIBUTION DU DANEMARK AU PROGRAMME PAYS D’ONU FEMMES MALI AVEC UN ACCENT SUR LA RÉSOLUTION 1325, 2017-2022.



Publié pour le compte de :

Lieu : Bamako, MALI
Date limite de candidature :10-Dec-20 (Minuit New York, États-Unis)
Catégorie supplémentaire :Égalité des sexes
Type de contrat :Individual Contract
Niveau du poste :National Consultant
Langues requises :
Anglais  
Durée du contrat initial45 jours

Le PNUD s’engage à recruter un personnel divers en termes de genre, de nationalité et de culture. Nous encourageons de même les personnes issues des minorités ethniques, des communautés autochtones ou handicapées à postuler. Toutes les candidatures seront traitées dans la plus stricte confidentialité.

Le PNUD ne tolère pas l’exploitation et / ou les atteintes sexuelles, ni aucune forme de harcèlement, y compris le harcèlement sexuel, et / ou toutes formes de discrimination. Tous/tes les candidats/tes selectectionnes /ées devront ainsi se soumettre à de rigoureuses vérifications relatives aux références fournies ainsi qu’à leurs antécédents.


Historique

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

L’environnement politique et social du Mali se caractérise par une situation sécuritaire dégradée depuis 2012 et des défis majeurs à relever pour le respect des droits des femmes et des filles tels que le manque d’accès aux ressources, la faible participation à la prise de décision aux niveau national et local, la violence généralisée à leur égard. Les lacunes existantes en matière de prévention, de protection et d’accès aux services ont été exacerbées par le conflit au Nord du pays qui s’est répandu au Centre sur fond d’attaques armés et de conflits communautaires.

Malgré l’adhésion du Mali aux conventions internationales en matière de droits humains en général et d’égalité des sexes en particulier, de nombreuses dispositions d’instruments internationaux tardent dans leur application. Certaines lois telles que le Code de la famille, la Loi relative à l'accès à la terre restent discriminatoires. L'accès des femmes à la justice est également limité en raison de nombreux facteurs tels que le manque d'informations sur leurs droits, les frais de justice, la pression de la communauté, l'influence des chefs traditionnels et religieux.

C’est dans ce contexte que l’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes) et l’Ambassade du Danemark au Mali ont signé le 28 août 2017 un accord de financement du Programme Pays du Mali allant jusqu’au 31 décembre 2022.

Le document de Programme Pays (Annexe A) et le Document d’engagement de Développement (Annexe B) font partie intégrante de cet Accord.

 

Le document de Programme est aligné sur la Note Stratégique 2015-2018 du bureau de ONU Femmes qui a été prolongée en 2019 et dont les orientations sont incluses dans ses plans de travail annuels. Son élaboration est intervenue dans un contexte de poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé en mai et juin 2015 entre le Gouvernement du Mali et les groupes armés ; de mise en œuvre du Plan cadre des Nations Unies pour la coopération au développement (PNUAD+) 2015-2019 et du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD) 2016-2018 qui expriment respectivement les priorités du Système des Nations Unies (SNU) et du Gouvernement du Mali.

Le document d’engagement (DED) est intitulé « Contribution au Programme Pays d’ONU Femmes au Mali avec un accent particulier sur la Résolution 1325 ». Ledit programme d’ONU Femmes, « Créer un monde plus sûr pour les femmes et les filles du Mali » a été élaboré pour une période de mise en œuvre initiale de trois ans (2017-2019), puis prolongé jusqu’en 2021. Le programme met l’accent sur le domaine d’impact « Femmes, paix et sécurité » mais concerne aussi les domaines d’impact de la lutte contre les violences basées sur le genre et celui de l’autonomisation économique de la femme. 

Le DED est mis en œuvre en recherchant une synergie d’actions et une cohérence programmatique profitables à l’impact du Programme d’ONU Femmes. En témoignent les échanges au sein de cadres de concertations semestrielles avec les bailleurs de fonds du Programme sur les progrès réalisés et les ajustements nécessaires dans l’amélioration de la vie des femmes et des filles dans un contexte post-conflits.

Le Programme Pays d’ONU Femmes a été élaboré dans le but d’identifier et d’influencer l’intégration des besoins fondamentaux des femmes et des filles dans les politiques et programmes de développement nationaux post-conflits. La mise en œuvre de l’engagement (DED) devrait y contribuer à travers l’atteinte des Agendas internationaux, notamment les Objectifs du Développement Durable (ODD), la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur Femmes, Paix et Sécurité (R1325) et nationaux, notamment le CREDD, la Politique nationale Genre, le Plan d’action national de la R1325.

Le budget du Programme pour la période 2017-2022 est de 56 millions de couronne danoises (DKK) dont un engagement de 26 millions pour la phase 2017-2019. Sa gestion suit les normes, règles et procédures d’ONU Femmes qui sont alignées sur celles des Nations Unies. La moitié des ressources est programmée pour l’appui institutionnel à ONU Femmes et l’autre moitié devrait être affectée à la mise en œuvre de la R1325 en collaboration avec le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille (MPFEF).

L’année 2019 marque la fin du premier cycle de programmation triennale. Le mécanisme de suivi évaluation prévoit la revue à mi-parcours de l’engagement du Danemark (mi-2017-fin 2019) et qui doit avoir lieu au milieu de la mise en œuvre du Programme. Le rapport de ladite revue, à produire et transmettre au bailleur, doit inclure également celle du PAN R1325 avec des analyses avancées par rapport aux résultats et indicateurs prévus.  La revue permettra ainsi d’apprécier la performance de la contribution de l’engagement (DED) au Programme d’ONU Femmes incluant le PAN R1325 en vue de la rendre plus efficace. La revue sera aussi une opportunité de prendre en compte la mise en œuvre des réformes des nations unies et le nouveau cadre de de coopération des Nations unies avec le Mali ; UNSDCF qui change la façon dont les nations unies travaillent.

Une équipe de deux (02) consultant-e-s sera recrutée pour effectuer le travail. Les présents termes de référence sont élaborés pour le recrutement d’un(e) (01) consultant(e) national(e), consultant(e) associé.

 


Devoirs et responsabilités

Description du programme

La vision d'ONU Femmes Mali est de soutenir le Gouvernement, la société civile et les communautés locales pour un Mali où les femmes, les hommes et les jeunes jouissent pleinement de leurs droits et jouent leur rôle pour un pays pacifique, économiquement inclusif et réconcilié parce que les hommes et les institutions sont respectueux et responsables des droits humains des femmes et soutiennent l'égalité des sexes.

Basé sur cette vision, le Programme Pays vise à : (a) développer l'autonomisation économique des femmes et leur capacité d'action ; (b) prévenir la violence contre les femmes et les filles et élargir l'accès des victimes/survivantes à des services de qualité ; et (c) promouvoir le leadership des femmes (et leurs intérêts stratégiques) dans les processus de paix et de sécurité, et dans la réponse humanitaire. Il a bénéficié d’investissements visant à (i) remplir le mandat normatif en matière d'égalité des sexes, (ii) développer des capacités efficaces de Gestion axée sur les résultats (GAR), (iii) assurer une plus grande responsabilité pour l’efficience et l’efficacité opérationnelles, et (iv) communiquer efficacement en vue du changement social.

Trois principaux domaines d'impact (a) Autonomisation économique des femmes, (b) Elimination de la violence contre les femmes et (c) Participation des femmes aux processus de paix et réponse humanitaire, ont été développés en tant que Programmes phares qui, grâce à un large partenariat, ont porté la théorie du changement du Programme ainsi que son potentiel d'innovation et de transformation sociale.

La théorie du changement est la suivante : « Si la mise en œuvre de la R1325 et le leadership des femmes sont appuyés, alors les droits des femmes seront mieux respectés dans le contexte post-crise, et les femmes seront à même de jouer pleinement leur rôle dans la consolidation de la paix et le relèvement ». Ainsi, le changement attendu met la mise en œuvre du PAN R1325 au cœur du Programme et suppose une plus grande implication des principaux leaders d’opinion pour prévenir les violences contre les femmes et les filles, qui doivent être informées sur leurs droits et convaincues qu’elles peuvent les exercer.

Les facteurs de risques identifiés étaient les suivants : (i) le manque de volonté continu pour la promotion de la participation des femmes dans la vie publique ; (ii) le manque de renforcement des institutions nationales devant accompagner la mise en œuvre du PAN R1325 ; (iii) le manque d’adhésion et d’appropriation des bénéficiaires aux activités et démarches du Programme. Pour mieux gérer ces risques, il a été prévu de mener des actions de plaidoyer auprès des décideurs politiques et traditionnels pour la promotion des droits des femmes et l’égalité des sexes, de renforcer les capacités du MPFEF sur la base d’un diagnostic institutionnel, de mettre en place un mécanisme de capitalisation de bonnes pratiques en choisissant de manière rigoureuse les partenaires d’exécution.

Concernant le PAN R1325, il a été lancé en 2012 pour la période 2012-2014. Le deuxième Plan a porté sur la période 2015-2017 prolongée en 2018 pour permettre un état des lieux, le partage des acquis et l’élaboration de la troisième génération du PAN (2019-2023). Ce dernier vise à promouvoir la participation des femmes aux processus de paix et de réconciliation dans la gouvernance post-conflits. Il est un engagement du Gouvernement du Mali et dispose d’un Comité National de Suivi qui est le premier responsable de sa mise en œuvre sous la direction du MPFEF et avec des représentants des différentes parties prenantes, dont les Partenaires techniques et financiers (PTF). Une Unité Technique de Gestion a été également mise en place au sein du MPFEF ; elle est chargée de la coordination et du suivi de la mise en œuvre de l’ensemble du PAN R1325 et est appuyée par ONU Femmes notamment dans le cadre du suivi du nouveau Programme d’appui à la mise en œuvre de la R1325 sur la période de décembre 2019 à décembre 2020.

Le but de l’engagement (DED), c’est d’appuyer la mise en œuvre du programme d’ONU Femmes avec comme impacts recherchés le processus de paix réussi avec la participation et le leadership des femmes, l’élimination des violences basées sur le genre et l’autonomisation économique de la femme.  L’engagement couvre toutes les régions du Mali qui ont bénéficié des interventions des volets des mandats normatif, opérationnel et de coordination d’ONU Femmes.

Objectifs et résultats attendus :

L’objectif général de la revue est de faire  l’état de mise en œuvre de l’engagement de développement afin d’apprécier d’une part le niveau d’atteinte des résultats dans les domaines d’intervention du Programme d’ONU Femmes et du Plan d’action national de la Résolution 1325, ainsi que prévues par le DED, et d’autre part, de faire l’état de la santé institutionnelle de ONU Femmes Mali au regard de critères comme le bien-être du personnel, la capacité à délivrer, le rejet du sexisme, de la corruption, l’utilisation du système Ombudsman selon les lignes directrices du système de l’ONU.

Les objectifs spécifiques sont :

  • Faire l’état des lieux de la mise en œuvre et des résultats du programme pays d’ONU Femmes en prenant en compte autant l’aspect normatif et la coordination que l’aspect opérationnel et en mettant l’accent sur le PAN R1325 et le cadre des résultats du DED ;
  • Examiner l’approche stratégique utilisée par ONU Femmes, sa capacité de se focaliser sur des priorités claires et à coordonner la coopération avec d’autres partenaires, notamment du SNU, afin d’assurer la complémentarité et la cohérence des efforts pour une amélioration globale sur l’égalité genre ;
  • Examiner la pertinence du programme et du financement institutionnel
  • Identifier les défis de mise en œuvre, et les perspectives du programme ; 
  • Procéder à la mise à jour de la gestion des risques en tenant compte l’évolution de la situation sécuritaire ;
  • Faire le point des décaissements ;
  • Evaluer le niveau d’engagement des interlocuteurs nationaux et singulièrement le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, la CVJR ; et questionner la stratégie pour améliorer l’engagement et l’appropriation nationale ;
  • Examiner la méthodologie de mise en œuvre pour atteindre les résultats et la réactivité du projet pour répondre aux évolutions du contexte du pays ;
  • Apprécier la valeur ajoutée du financement danois et le lien avec la contribution des autres bailleurs ;
  • Evaluer l’efficacité des modalités de gestion du programme y compris les relations et la communication avec les principaux bailleurs, l’adéquation de la cadence de réunions et du rapportage, etc. ;
  • Faire des propositions pour une meilleure mise en œuvre du programme et, si pertinent, une priorisation et/ou réorientation des interventions ainsi que des recommandations sur la gestion de projet d’ONU Femmes et les relations avec les partenaires et les bailleurs. 

Le principal produit attendu est de disposer d’un rapport de revue à mi-parcours faisant ressortir les résultats obtenus au regard des indicateurs, les défis et les enseignements tirés, le point des décaissements, les facteurs de risques mis à jour avec les mesures d’atténuation. Le rapport mettra aussi l’accent sur la coordination de la coopération avec les parties prenantes, les synergies avec l’appui des autres bailleurs et la capacité de prioriser pour rester focalisé.

Le rapport de revue doit aussi faire l’état de la santé institutionnelle d’ONU Femmes Mali. Les conclusions et recommandations du rapport alimenteront la réunion de revue avec les principales parties prenantes dont le bailleur.

Champ d’application et méthodologie :

La revue à mi-parcours couvrira les interventions de l’engagement d’ONU Femmes de mi-2017 à fin 2019 sur l’ensemble du territoire du Mali. Le rapport de revue mettra en exergue le caractère institutionnel de l’engagement dans une approche d’analyse sensible au genre et aux droits humains. L’état de mise en œuvre et le niveau d’atteinte des résultats de développement seront examinés en plus de l’appui institutionnel apporté au cadre normatif et de coordination au sein du 

Système des Nations Unies. La revue se fera par domaines thématiques de l’engagement avec un focus sur la mise en œuvre de la R1325 au Mali. Le travail identifiera les limites, les faiblesses et l’imputabilité des résultats à l’engagement.

La revue comprend deux phases : (i) la production du rapport s’étalant de la phase de préparation à la soumission du rapport provisoire, attendue au plus tard fin janvier 2021 (ii) et la réunion de la revue, prévue dans la première semaine du mois de février 2021 et devant aboutir au rapport final de la revue au plus tard le 10 févier.

Au cours de la première phase, le/la consultant-e national-e conjointement et en appui au/à la consultant-e principal-e entreprendra une revue documentaire du portefeuille d’ONU Femmes en lien avec la mise en œuvre de l’engagement, y compris son cadre des résultats, et du PAN de la R1325. Il/Elle utilisera une méthode mixte d’analyse des données du cadre des résultats de développement (DRF) et du cadre pour l’efficacité et l’efficience opérationnelles du bureau d’ONU Femmes (OEEF). Il/Elle développera une approche sensible au genre pour apprécier la contribution de l’engagement (DED) à l’efficacité du développement, aux changements apportés dans la vie des femmes et spécialement l’engagement (DED) à l’efficacité de l’appui du PAN R1325. 

La revue devra être basée sur des données fiables et de qualité, quantitatives et qualitatives, prenant en compte les méthodes de collecte relative à l’égalité des sexes et les droits humains. Le plan d’échantillonnage devra capter les informations thématiques les plus pertinentes pour les domaines d’interventions d’ONU Femmes et ceux du PAN R1325, l’alignement aux priorités nationales, au plan stratégique de ONU Femmes et à l’agenda 2030, les risques liés à l’atteinte des résultats, le poids du portefeuille et sa contribution, les défis et enseignements tirés.

Pour l’analyse des contributions de l’engagement, la démarche utilisera les outils tels que : (a) Groupes d’entretien (Gouvernement, bailleurs de fonds, bénéficiaires, OSC, etc.) ; (b) Observation (identification des facteurs). La revue recourra à des méthodes participatives afin que les principales parties prenantes soient impliquées dans le processus de revue (acteurs gouvernementaux, Collectivités, organisations de la société civile et du secteur privé, bénéficiaires directs, etc.). L’utilisation de ces outils et le processus de collecte de données sur le terrain devront tenir compte de l’évolution de la situation sanitaire du pays par le respect des mesures de prévention et de protection face à la pandémie du COVID-19.

Le/la consultant-e développera conjointement avec le/la consultant-e principal-e un certain nombre de questions clés concernant :

  • Les résultats obtenus par le programme d’ONU Femmes avec un accent sur le PAN de la R1325 ;
  • La coordination ;
  • Les capacités de priorisation et de rester focalisé ;
  • L’état de la santé Institutionnelle de ONU Femmes Mal ; L’importance du financement institutionnel et la promotion de l’égalité genre.

Sans être exhaustifs, voici quelques-unes de ces questions :

  • Quels sont les niveaux actuels des indicateurs de résultats du programme ; sont-ils performants ?
  • Quels résultats l’engagement a-t-il permis de réaliser ? Ces résultats ont-ils été atteints en temps voulu ?
  • Quels sont les facteurs qui expliquent l’obtention de ces résultats ?
  • Quels sont les contraintes majeures dans l’atteinte des résultats ? Comment les contraintes externes affectent-elles les plans d’ONU Femmes ?
  • Quels sont les efforts déployés pour surmonter les contraintes ?
  • Les actions et résultats sont-ils toujours alignés sur les priorités nationales et celles d’ONU Femmes ? Les activités et produits sont-ils toujours livrables au regard du contexte qui ne cesse de se dégrader ?
  • Les risques identifiés au départ sont-ils les mêmes actuellement ou ont-ils connu une évolution ?
  • Dans quelle mesure les risques et les ressources ont-ils été gérés pour atteindre les résultats ? Les ressources humaines de l’organisation permettent-elles toujours de délivrer dans le contexte rapidement évolutif et instable ?
  • Quelle a été la capacité de réactivité face à de nouveaux risques, besoins et priorités ?
  • Dans quelle mesure le leadership des femmes et leur participation à la vie politique ont influencé la paix, la sécurité et l’action humanitaire grâce à l’engagement ?
  • Dans quelle mesure les droits des femmes à participer au processus de consolidation de la paix, de la réconciliation et du relèvement économique ont-ils été respectés grâce à l’engagement ?
  • Dans quelle mesure le leadership et les capacités des femmes à participer au processus de consolidation de la paix, de la réconciliation et du relèvement économique ont été renforcés grâce à l’engagement ?
  • Dans quelle mesure les principaux leaders d’opinion en matière de normes sociales, attitudes et comportements sont devenus favorables pour prévenir les violences contre les femmes et les filles ?
  • Quelles ont été l’efficacité et l’effectivité de l’appui à la mise en œuvre du Plan d’action national de la R1325 ?
  • Quelle est la qualité du partenariat entre les acteurs impliqués (gouvernement, organisations de la société civile, collectivités décentralisées, bailleurs, etc.) ?
  • Dans quelle mesure ONU Femmes a-t-elle coordonné les rôles et interventions des différentes parties prenantes, y compris les bailleurs de fonds, pour une complémentarité et cohérence
  • Quels sont les défis et enseignements tirés ?
  • Quelles sont les leçons apprises ?
  • Dans quelle mesure ONU Femmes Mali a-t-elle utilisé une approche stratégique qui focalise sur des priorités restreintes au lieu d’une dispersion des efforts ?
  • Les décaissements ont-ils été effectués dans les délais et ont-ils permis de réaliser les résultats escomptés ?
  • Le taux de décaissement est-il satisfaisant ?
  • Dans quelle mesure ONU Femmes est-elle une Institution disposant du personnel requis pour une bonne performance de la mise en œuvre de son programme ?
  • Dans quelle mesure les partenaires nationaux, singulièrement le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille (ministère chargé du genre) et la CVJR font-ils preuve d’engagement et d’appropriation du programme ?
  • Quelles sont les voies de solutions pour améliorer l’état de la coopération avec la partie nationale ? 

Les questions proposées ici sont indicatives. Il appartiendra au/à la consultant-e de les développer conjointement avec le/la consultant-e principal-e et en étroite consultation avec les parties prenantes afin que des réponses stratégiques, claires et appropriées soient apportées sur la performance de l’engagement.

Le rapport de démarrage, les tendances générales des résultats préliminaires et le rapport provisoire de mise en œuvre à mi-parcours seront produits et examinés au cours de cette phase par l’équipe d’ONU Femmes, ainsi que l’Ambassade Royale du Danemark (ARD).

S’agissant de la deuxième phase, la réunion de revue proprement dite sera un cadre d’échanges stratégique autour des résultats, des conclusions et recommandations du rapport provisoire de revue à mi-parcours. Une place centrale sera accordée aux résultats, défis à relever de même qu’aux ressources et leurs modalités de mise à disposition compte tenu de l’évolution du contexte. Outre le bailleur (Danemark) et ONU Femmes, elle regroupera les principales parties prenantes, notamment les représentants des partenaires d’exécution et des bénéficiaires.

ONU Femmes facilitera l’introduction du/de la consultant-e auprès des parties prenantes et prendra en charge la logistique liée à l’organisation de la réunion de revue.

 

Activités

Produits

Durées

  1.  

Signature du contrat et démarrage

N/A

N/A

  1.  

Revue documentaire

N/A

10 jours

  1.  

Elaboration du rapport de démarrage incluant le chronogramme et les outils de collecte des données

Rapport provisoire de démarrage

5 jours

  1.  

Réunion de cadrage avec ONU Femmes et l’Ambassade Royale du Danemark (ARD)

Compte rendu de la réunion de cadrage

1 jour

  1.  

Finalisation du rapport de démarrage

Rapport final de démarrage

3 jours

  1.  

Visites sur le terrain (entretiens, collecte des données, etc.) en tenant compte de l’évolution de la situation sanitaire liée au COVID-19

N/A

15 jours

  1.  

Elaboration et soumission du rapport préliminaire (tendances générales des résultats)

Rapport préliminaire

3 jours

  1.  

Présentation des résultats préliminaires à l’Ambassade Royale du Danemark (ARD) et ONU Femmes

Compte rendu de réunion

1 jour

  1.  

Elaboration du rapport provisoire de la revue

Rapport provisoire

4 Jours

  1.  

Tenue de la réunion de revue sur le rapport à mi-parcours

Compte rendu de la réunion de revue

1 jour

  1.  

Finalisation et dépôt du rapport de revue

Rapport final

3 jours

 

Au regard du planning indicatif des activités et produits attendus, la durée de la revue s’étale sur une durée de 90 jours dont 45 jours de prestations qui seront payés au/à la consultant-e. Parmi les produits, les livrables attendus du/de la  consultant-e sont le rapport de démarrage, le rapport préliminaire, le rapport provisoire et le rapport final de la revue.

Le bureau d’ONU Femmes Mali recrutera un(e) consultant(e) national(e), consultant associé-e, pour entreprendre conjointement avec un(e) consultant(e) international(e) de qui il/elle reçoit les directives, la revue à mi-parcours du Programme financé par l’Ambassade Royale du Danemark au Mali (ARD). Il/Elle sera sous contrat de consultation avec ONU Femmes Mali pour une durée de trois (3) mois. Il/Elle aura pour mandat de produire conjointement le rapport final de la revue à mi-parcours et de participer aux rencontres prévues dans le calendrier indicatif établi. Il/Elle jouit pleinement de son indépendance par rapport à ONU Femmes et l’ARD.

En outre, le/la consultant-e proposera conjointement avec un(e) consultant(e) international(e) une approche en vue d’assurer la participation effective des principales parties prenantes au processus de revue : i) Réunion de démarrage ; ii) Examen du rapport ; iii) Atelier de restitution ; iv) Réunion de revue ; v) Utilisation des résultats. Le rapport de revue sera rédigé en français par le/la consultant-e et traduit en Anglais par ONU Femmes. Les candidatures féminines sont vivement encouragées.

 


Compétences

Intégrité : Faire preuve d’intégrité dans la défense et la promotion des valeurs de l’ONU Femmes dans les actions et les décisions, en lien avec le Code Conduite des Nations Unies.

Sensibilité Culturelle/Valorisation de la diversité : Faire montre de son appréciation de la nature multiculturelle de l’organisation et de la diversité culturelle du personnel. Avoir une vue internationale, apprécier les différences de valeurs et apprendre de la diversité culturelle.

COMPETENCES DE BASE

  • Planification et suivi-évaluation de projets/programmes de développement
  • Concepts et méthodes de Gestion Axée sur les Résultats (GAR)
  • Analyse genre et droits humains
  • Traitement et analyse de données quantitatives et qualitatives .


Qualifications et expériences requises

Education:

Diplôme de maitrise en sciences humaines, économie, gestion, ou autres disciplines connexes (niveau Bac+4 minimum) 

Expériences :

  • Expérience d’au moins 5 ans en matière d’élaboration, de planification et de revue, suivi-évaluation de projets/programmes de développement ;
  • Bonne connaissance des conventions, concepts et enjeux du genre ; être à même d’apprécier l’intégration du genre, être familier avec ses principaux outils ;
  • Bonne maîtrise des méthodes de collecte et de traitement des données quantitatives et qualitatives ;
  • Bonne capacité d’analyse, de rédaction et de synthèse ;
  • Familier des concepts et de l’opérationnalisation de la planification et gestion de projets/programmes selon la démarche « Gestion axée sur les résultats » ;
  • Bonne connaissance de l’environnement socio-politique du Mali ;
  • Expérience de collaboration avec les institutions, partenaires au développement et organisations de la société civile malienne, en particulier ceux évoluant dans le domaine de la promotion du genre au Mali ;
  • Expérience avec le système des Nations Unies, une bonne connaissance du mandat d’ONU Femmes et de ses cadres programmatiques et des règles et procédures des Nations Unies constitueraient un atout ;
  • Faire preuve d’une capacité à produire des résultats de qualité dans les délais impartis et à travailler sous pression ;
  • Bonne maîtrise des outils informatiques (World, Excel, Powerpoint, Internet…) ;

Langues: Excellente maîtrise du français et un niveau acceptable en anglais.

N.B. Seul les postulant(e)s retenu(e)s seront informé(e)s.

Les candidat(e)s intéressé(e)s sont encouragé(e)s à soumettre un CV et P11 (à télécharger à cette adresse https://www.unwomen.org/fr/about-us/employment)

Aussi, par mesure de précaution face à la maladie de COVID-19, les RDV téléphoniques seront privilégiés pour les échanges prévus tout au long du processus.

A noter que les consultant-e-s ne sont pas pris-es en charge par la Clinique des Nations Unies en cas de contamination.

 



Si vous éprouvez des difficultés avec les candidatures en ligne, merci de contacter erecruit.helpdesk@undp.org

© 2016 Programme des Nations Unies pour le développement